RTS Découverte

Dossier

Quand sont apparus les premiers gaz de combat? Qui en est le concepteur historique? Quels sont les différents composants chimiques utilisés pour fabriquer ce qui constitue désormais l'une des plus redoutables armes de guerre et de destruction massive? Autant de questions auxquelles ce dossier de RTSdécouverte, élaboré à l'occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, tente de répondre avec le concours entre autres du Dr Didier Perret, de la section chimie et biochimie de l'Université de Genève (UNIGE).
 

[Photo: ©roostler-Fotolia]

Depuis quand utilise-t-on des gaz de combat?

Découverte (06.02.2014) Dr Didier Perret, section chimie de l'UNIGE, répond aux questions de Tania Chytil.
  • La guerre empoisonnée en Syrie choque le monde entier [RTS]
    La guerre empoisonnée en Syrie choque le monde entier 17:13  
    La guerre empoisonnée en Syrie choque le monde entier La Syrie est revenue au cœur de l’actualité suite à l’utilisation d’armes chimiques. Mise au Point (01.09.2013)
  • Armes chimiques en Syrie: quelles conséquences sur le corps humain? [Reuters]
    "Gaz sarin, l’arme des lâches" 04:38  
    "Gaz sarin, l’arme des lâches" En Syrie, l'ONU réclame que ses experts puissent se rendre dans la banlieue de Damas pour enquêter sur l'éventuel utilisation de gaz sarin contre la population civile par l'armée syrienne. Corpus revient sur les conséquences pour le corps de cette arme chimique. Invité : Abraham Béhar, président de l'Association des médecins français pour la prévention de la guerre nucléaire. Rediffusion du 01.05.2013. Corpus (23.08.2013)
  • Soldats irlandais dans une tranchée, les premiers jours de la bataille de la Somme, juillet 1916. [Ann Ronan Picture Library / Photo12 / AFP]
    Des morts et des fous (1/5) 56:29  
    Des morts et des fous (1/5) Pierre Hazan s’entretient avec Adama Dieng, conseiller spécial pour la prévention du génocide auprès des Nations Unies. Histoire vivante (31.03.2014)
  • Soldats irlandais dans une tranchée, les premiers jours de la bataille de la Somme, juillet 1916. [Ann Ronan Picture Library / Photo12 / AFP]
    Des morts et des fous (2/5) 56:06  
    Des morts et des fous (2/5) Cette guerre impose un rythme et une violence auxquels nul n’est préparé. Ils sont des milliers à souffrir de troubles du comportement. Histoire vivante (01.04.2014)
  • Soldats irlandais dans une tranchée, les premiers jours de la bataille de la Somme, juillet 1916. [Ann Ronan Picture Library / Photo12 / AFP]
    Des morts et des fous (3/5) 55:52  
    Des morts et des fous (3/5) En découvrant des livrets militaires dans un hôpital psychiatrique, les deux historiens Stéphane Tison et Hervé Guillemain analysent les maladies mentales causées par la guerre. Histoire vivante (02.04.2014)
  • Soldats irlandais dans une tranchée, les premiers jours de la bataille de la Somme, juillet 1916. [Ann Ronan Picture Library / Photo12 / AFP]
    Des morts et des fous (4/5) 56:25  
    Des morts et des fous (4/5) Dans leur ouvrage "Du Front à l’asile, 1914-1918" Hervé Guillemain et Stéphane Tison font entendre la voix de ceux qui sont brisés par la guerre. Histoire vivante (03.04.2014)
  • Soldats irlandais dans une tranchée, les premiers jours de la bataille de la Somme, juillet 1916. [Ann Ronan Picture Library / Photo12 / AFP]
    Des morts et des fous (5/5) 56:35  
    Des morts et des fous (5/5) Rencontre avec Jean Labib producteur du documentaire "14-18, refuser la guerre". Histoire vivante (04.04.2014)

Focus

  • Typologie des gaz de combat de 1914-1918

    Les différents types de gaz de combat utilisés lors de la Première Guerre mondiale peuvent être répartis dans six catégories: suffocants, vésicants, lacrymogènes, sternutatoires, incendiaires et toxiques généraux.

    Soldats français portant des masques à gaz durant la "der des der". [AFP]Soldats français portant des masques à gaz durant la "der des der". [AFP]

    Les suffocants
    Les gaz suffocants ont une action immédiate et empêchent de respirer. Ils provoquent de graves lésions sur l'homme et entraînent parfois la mort. Le plus connu d’entre eux est le chlore, employé pendant les premières attaques allemandes. Les suffocants seront responsables de la majorité des décès provoqués par les gaz de combat au cours de la Première Guerre mondiale.

    Les vésicants
    Les gaz vésicants irritent la peau de manière irréversible. Incolores et presque inodores, ils sont très dangereux et persistants. Ils détruisent la structure cellulaire de tout élément vivant avec lequel ils sont mis en contact. Le gaz moutarde et  l’ypérite seront les gaz vésicants les plus utilisés durant la Première Guerre mondiale.

    Les lacrymogènes   
    Famille des gaz irritants, les gaz lacrymogènes irritent les yeux et les voies respiratoires. Le nez coule, les yeux pleurent mais les effets s’estompent très vite et ne laissent généralement pas de séquelles, sauf si ils sont mélangés à des gaz suffocants comme cela sera parfois le cas lors de la Première Guerre mondiale. Dégageant un lourd nuage blanc, ils permettent de masquer la progression d’une vague d’assaut ennemi.

    Les sternutatoires  
    Famille des gaz irritants, les gaz sternutatoires provoquent des éternuements, parfois incessants et des vomissements. Ils apparaîtront progressivement dès 1917 et seront utilisés pour empêcher les combattants de mettre leur masque à gaz.

    Les incendiaires 
    Ce type de munition est doté de substances hautement inflammables provoquant de très graves brûlures sur la peau. L’armée britannique utilisera un type de grenade à main contenant du phosphore dès 1916.

    Les toxiques généraux  
    Ils contaminent le sang en entrant par les poumons ou la peau et entraînent la mort par paralysie du centre respiratoire. Les premiers obus chargés de ce toxique sont tirés le 1er juillet 1916, lors du déclenchement de la bataille de la Somme.

    RTSdécouverte

    Sources : "La guerre des gaz, 1915-1918, vue à travers les archives de l’ECPAD", David SBRAVA, Documentaliste, ECPAD, Janvier 2011

LA GUERRE DE 14-18 EN IMAGES