RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Science et Environnement


Maths, Physique, Chimie

Afficher plus de questions récentes Afficher plus de questions anciennes
Image expert pas disponible

Jean Gabriel Bosch

Ingénieur

Section de Physique

Université de Genève

Concernant le métal la production se faisait avec les mêmes procédés sidérurgiques que maintenant, convertisseur Bessemer pour transformer la fonte en acier, puis passé au four Martin pour en faire un acier correct, mais à cette époque très irrégulier dans la qualité de la production.

De nos jours les coulées d'acier sont bien plus régulières, subissent plus de tests et de traitements supplémentaires afin d'obtenir une qualité d'acier supérieure.

Une fragilisation à la rupture de l'acier intervient dès 20° C mais elle reste faible autour de 0°C du moins dans les essais de résilience, (rupture aux chocs).

On peut donc dire sans trop d'erreur, que les aciers actuels sont plus résistants que ceux du siècle dernier, on n'éviterait cependant pas la rupture de la coque dans le cas d'une collision du même type.

De fait la rupture des coques de bateaux est toujours d'actualité hélas.

Concernant la détection des icebergs, le plus simple me semble être l'utilisation de radars. Mais il existe d'autres procédés comme l'utilisation de satellites.

02.06.10