RTS Découverte

Coup d'oeil

Un glacier, comment ça fonctionne?

La naissance et l’évolution d’un glacier dépendent de nombreuses conditions. Par une combinaison entre des conditions climatiques et la topographie particulière du lieu où se situe le glacier, celui-ci peut voir le jour.
La ligne d'équilibre sépare la zone d'accumulation de la zone d'ablation. [Emmanuel Reynard, Société suisse de géomorphologie.]La ligne d'équilibre sépare la zone d'accumulation de la zone d'ablation. [Emmanuel Reynard, Société suisse de géomorphologie.]

Pour qu’un glacier apparaisse, il est tout d’abord nécessaire d’avoir des températures suffisamment froides pour que les précipitations se déposent sous forme de neige. Le sol doit aussi rester froid durant toute l’année. La couche de neige déposée se compacte alors sous son propre poids jusqu’à former de la glace qui va contribuer à alimenter le glacier.

La glace n’est pas immobile, mais s’écoule lentement en direction de l’aval. La taille du glacier, la pente sur laquelle il se trouve, mais aussi les températures de l’air et du sol, influencent sur la vitesse de déplacement de la glace.

Les glaciers se constituent de deux zones différentes. En amont du glacier se trouve la zone d’accumulation. C’est à cet endroit que la neige de l’hiver s’accumule et se transforme en glace, alimentant le glacier. Cette partie du glacier reste couverte de neige durant toute l’année, preuve que sa température n’est pas supérieure à 0°C.

La deuxième partie, en aval du glacier, est la zone d’ablation. Dans cette partie du glacier, soumise à des températures plus élevées que 0°C, la neige de l’hiver qui recouvre la glace fond, puis la langue de glace rétrécit, à la fois en épaisseur et en longueur. L’eau de fonte s’écoule à la fois sur la glace, sous celle-ci et parfois même au travers, en forant des tunnels. Quand elle a quitté le glacier, l’eau donne naissance à des torrents, des rivières et des fleuves.

La zone d’accumulation et la zone d’ablation sont séparées par une ligne imaginaire, la ligne d’équilibre. Sur un glacier, surtout en fin d’été, il est relativement aisé de voir où elle se situe, à la limite entre la zone restée blanche, où la neige n’a pas pu fondre, et la zone plus foncée, où la glace apparaît directement.

Pour savoir si un glacier avance ou s’il recule, les scientifiques calculent chaque année son bilan de masse, qui est la différence entre la neige accumulée et les pertes dues à la fonte du glacier. Si la fonte est plus importante que l’accumulation, le glacier recule, ou rétrécit. Si l’accumulation est plus importante que la fonte, le glacier avance, ou grandit.

RTS Découverte

Source: Société suisse de géomorphologie.