RTS Découverte

Dossier

Une grande majorité des glaciers des Alpes fondent chaque année. Ils perdent de plusieurs mètres à plusieurs centaines de mètres de longueur et d'épaisseur par an, sans que les chutes de neige hivernales ne suffisent à compenser ces pertes. La fonte des glaciers a des conséquences sur l'environnement, sur le tourisme, sur le potentiel hydroélectrique, mais peut aussi représenter un danger naturel supplémentaire en causant éboulements ou laves torrentielles. Retrouvez dans ce dossier des explications d'experts, un décryptage de Geopolitis, une archive et des liens utiles.

 

[crédit photo: Peter Klaunzer - Keystone]

Un pan entier de montagne menace de s'effondrer sur le glacier d'Aletsch

19h30 (27.09.2016) Il s'agit du plus grand glacier des Alpes, entre le massif de la Jungfrau et la vallée du Rhône.
  • Home Swiss Home : Le glacier d'Aletsch [RTS]
    Home Swiss Home - Le glacier d'Aletsch   03:29
    Home Swiss Home - Le glacier d'Aletsch Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 2001. Le site est un exemple remarquable de la formation des Hautes Alpes, incluant la partie la plus glacée des Alpes d'Europe et le plus grand glacier d'Eurasie. Il comprend une large diversité d'écosystèmes, notamment des exemples de succession végétale, liée en particulier à la retraite des glaciers consécutive au changement climatique. Le court du jour (27.04.2016)
  • La fonte des glaciers valaisans comme conséquence du réchauffement planétaire [DR]
    La fonte des glaciers valaisans comme conséquence du réchauffement planétaire 02:17  
    La fonte des glaciers valaisans comme conséquence du réchauffement planétaire Le Valais compte plus de 600 glaciers. Cela représente les trois quarts des glaciers suisses. Rencontre avec le glaciologue Benedikt Schnyder qui observe l'inexorable érosion. 19h30 (10.10.2006)
  • Fonte des glaces [RTS]
    La fonte des glaces expliquée par L'Oreille des Kids 12:30  
    La fonte des glaces expliquée par L'Oreille des Kids Le niveau de la mer va-t-il monter si les icebergs du Pôle Nord fondent?Comment se forment les icebergs?Les glaciers de nos montagnes font-ils monter le niveau des mers s'ils fondent trop vite?Le continent Antarctique se comporte-t-il de la même manière que l'Arctique? l'ODK vous dévoilera la vérité sur ce phénomène. Grâce à Chris et aux physiciens du PhysiScope de Genève,vous pourrez vérifier par une expérience maison le bien-fondé de leurs théories. L'oreille des kids (02.04.2014)
  • Zermatt (VS): l'Université de Zurich étudie la fonte des glaciers sur le terrain [DR]
    Zermatt (VS): l'Université de Zurich étudie la fonte des glaciers sur le terrain   01:55
    Zermatt (VS): l'Université de Zurich étudie la fonte des glaciers sur le terrain Depuis les années '80, le recul des glaciers ne cesse de s'accélérer. Lors de la canicule de 2003 le glacier du Gorner, au dessus de Zermatt, avait ainsi perdu près de 5 mètres. Selon une étude de l'Université de Zurich, ils auront entièrement disparu dans un siècle. 19h30 (12.07.2006)
  • VS / Zinal: des mesures sont prises pour prévenir les effets du réchauffement climatique sur les glaciers [DR]
    Zinal (VS): des mesures sont prises pour prévenir les effets du réchauffement climatique sur les glaciers   02:44
    Zinal (VS): des mesures sont prises pour prévenir les effets du réchauffement climatique sur les glaciers Dans les Alpes, les glaciers reculent, menaçant parfois les activités humaines. 19h30 (14.08.2010)
  • La plus grande partie de la glace suisse provient de quelques géants minoritaires, comme le glacier d'Aletsch. [Gaetan Bally - Keystone]
    L'état de santé des glaciers   12:01
    L'état de santé des glaciers Depuis le 1er décembre 2014, les négociations internationales sur le climat débutent pour deux semaines à Lima au Pérou. A cette occasion, des experts s'alarment de l'état de santé des glaciers aux quatre coins de la planète. Ces formations sont les sentinelles du changement climatique et elles fondent à grande vitesse.
    Etat des lieux des glaciers suisses avec Mauro Fischer, glaciologue à l'Université de fribourg, interrogé par Cécile Guérin.
    CQFD (04.12.2014)
  • Dans le sillage du recul des glaciers, de nouveaux lacs de montagne se forment. [Tomas Sereda - Fotolia]
    Sous les glaciers, des lacs   09:46
    Sous les glaciers, des lacs Sous l’effet du changement climatique, des lacs remplaceront bientôt les glaciers dans le paysage alpin. Une équipe de chercheurs du Programme national de recherche "Gestion durable de l’eau" (PNR 61) s’est penchée sur le potentiel environnemental, touristique ou industriel de ces nouveaux bassins. Grâce aux modèles informatiques, les chercheurs ont pu établir que le recul des glaciers alpins produira à terme de 500 à 600 bassins susceptibles d’accueillir des lacs. Certains de ces lacs pourront atteindre un volume de plus de 10 millions de mètres cubes, soit l’équivalent d’un lac de barrage de taille moyenne. Invité de "CQFD", le professeur Anton Schleiss du Laboratoire de constructions hydrauliques de l’EPFL nous dit quel est le potentiel de ces lacs en terme d’exploitation hydroélectrique. Une chronique de Lucile Solari. CQFD (27.09.2012)
  • Le pergélisol assure la stabilité du sous-sol alpin. [david genestal - Fotolia]
    Quand la montagne s’effrite   16:31
    Quand la montagne s’effrite Nos contrées aussi sont victimes du changement climatique. Dans les Alpes, la température s’élève plus rapidement qu’ailleurs avec comme conséquence une fonte plus rapide que prévu du pergélisol, cette couche de terrain montagnard censée rester constamment gelée. Christophe Lambiel, maître d’enseignement et de recherche à l'Institut de géographie de l’Université de Lausanne, explique les mécanismes de l’évolution de ce sol particulier et les conséquences potentielles de son réchauffement. Un dossier de Silvio Dolzan. CQFD (13.09.2012)
  • La fonte des glaciers va faire monter le niveau des eaux. [ARNO BALZARINI - Keystone]
    Une étude suisse prédit la hausse du niveau des mers   01:19
    Une étude suisse prédit la hausse du niveau des mers Une nouvelle méthode développée en Suisse a permis pour la première fois de mesurer en trois dimensions le volume global des glaciers de notre planète. L'augmentation future du niveau des mers peut ainsi être calculée très précisément. Selon le nouveau modèle développé par l'Université de Fribourg et l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, la fonte des glaciers devrait faire remonter le niveau de la mer de 43 centimètres durant les deux prochains siècles Les explications de Matthias Huss, maître-assistant en géosciences à l'Université de Fribourg. Info (18.10.2012)
  • Les glaciers de l'Antarctique seront un contributeur majeur à la montée des océans au cours des siècles à venir. [British Antarctic / Nasa / AFP]
    La fonte des glaces de l'Antarctique a passé le point de non-retour   01:20
    La fonte des glaces de l'Antarctique a passé le point de non-retour La fonte des glaces de l'Antarctique a passé le point de non-retour. A terme, elle pourrait faire monter le niveau des océans de 3 mètres, représentant une menace considérable pour les régions côtières. Ce sont les conclusions de deux études indépendantes publiées simultanément hier (lu). La NASA, qui a participé aux recherches, a souligné l'urgence du problème. Par le correspondant de RTSinfo à Washington, Eric Guevara-Frey. Le Journal du matin (13.05.2014)
  • La glace fond près du village le plus au nord du monde, le village norvégien de Ny-Aalesund. [Pierre-Henry Deshayes - AFP]
    L'avenir de l'Arctique   19:46
    L'avenir de l'Arctique Cet été, la banquise arctique a connu une fonte record. Signe inquiétant du réchauffement climatique, cette disparition des glaces fait pourtant des heureux: les compagnies pétrolières et gazières. En effet, les fonds marins probablement très riches en matières premières leur deviennent plus accessibles. Regards croisés sur l’avenir de l’Arctique avec le géologue Georges Gorin, professeur retraité de l'Université de Genève et le climatologue Martin Beniston, directeur de l'Institut des sciences de l'environnement de l'Université de Genève. Un dossier de Christophe Ungar. CQFD (10.09.2012)

Le grand format de RTSinfo

Vidéo

  • L'EVOLUTION DU GLACIER DU RHONE

    Une vidéo de Guillaume Jouvet, chercheur associé au laboratoire d'hydraulique, hydrogéologie et glaciologie (VAW) à l'EPFZ.

     

Focus

  • Un glacier, comment ça fonctionne?

    La naissance et l’évolution d’un glacier dépendent de nombreuses conditions. Par une combinaison entre des conditions climatiques et la topographie particulière du lieu où se situe le glacier, celui-ci peut voir le jour.

    Glacier de Corbassière, Val de Bagnes, en Valais. La ligne d'équilibre sépare la zone d'accumulation de la zone d'ablation. [Emmanuel Reynard, Société suisse de géomorphologie.]Glacier de Corbassière, Val de Bagnes, en Valais. La ligne d'équilibre sépare la zone d'accumulation de la zone d'ablation. [Emmanuel Reynard, Société suisse de géomorphologie.]

    Pour qu’un glacier apparaisse, il est tout d’abord nécessaire d’avoir des températures suffisamment froides pour que les précipitations se déposent sous forme de neige. Le sol doit aussi rester froid durant toute l’année. La couche de neige déposée se compacte alors sous son propre poids jusqu’à former de la glace qui va contribuer à alimenter le glacier.

    La glace n’est pas immobile, mais s’écoule lentement en direction de l’aval. La taille du glacier, la pente sur laquelle il se trouve, mais aussi les températures de l’air et du sol, influencent sur la vitesse de déplacement de la glace.

    Les glaciers se constituent de deux zones différentes. En amont du glacier se trouve la zone d’accumulation. C’est à cet endroit que la neige de l’hiver s’accumule et se transforme en glace, alimentant le glacier. Cette partie du glacier reste couverte de neige durant toute l’année, preuve que sa température n’est pas supérieure à 0°C.

    La deuxième partie, en aval du glacier, est la zone d’ablation. Dans cette partie du glacier, soumise à des températures plus élevées que 0°C, la neige de l’hiver qui recouvre la glace fond, puis la langue de glace rétrécit, à la fois en épaisseur et en longueur. L’eau de fonte s’écoule à la fois sur la glace, sous celle-ci et parfois même au travers, en forant des tunnels. Quand elle a quitté le glacier, l’eau donne naissance à des torrents, des rivières et des fleuves.

    La zone d’accumulation et la zone d’ablation sont séparées par une ligne imaginaire, la ligne d’équilibre. Sur un glacier, surtout en fin d’été, il est relativement aisé de voir où elle se situe, à la limite entre la zone restée blanche, où la neige n’a pas pu fondre, et la zone plus foncée, où la glace apparaît directement.

    Pour savoir si un glacier avance ou s’il recule, les scientifiques calculent chaque année son bilan de masse, qui est la différence entre la neige accumulée et les pertes dues à la fonte du glacier. Si la fonte est plus importante que l’accumulation, le glacier recule, ou rétrécit. Si l’accumulation est plus importante que la fonte, le glacier avance, ou grandit.

    RTSdécouverte

    Source: Société suisse de géomorphologie.