RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Science et Environnement


Environnement

Afficher plus de Questions-réponses
Didier Perret [DR]

Didier Perret

Docteur

Section de chimie et biochimie
Université de Genève

L'eau potable, c'est tout d'abord de l'eau! Et l'eau, c'est une substance naturelle que l'on trouve sur notre planète Terre en quantités astronomiques mais qui n'est pas si accessible que ça… Pour faire simple, il y a environ 1'400 millions de kilomètres-cube (km3) d'eau sur terre; cela représente un cube d'environ 1'100 kilomètres de côté.

Les océans, constitués d'eau salée, représentent environ 97% de toute cette eau. Les 3% restants (environ 42 millions de km) sont de l’eau douce, c'est-à-dire que l'on pourrait théoriquement consommer. Mais ce n'est pas si simple, car environ 31 millions de km existent en permanence sous forme de glaces et de neige (que ce soit aux Pôles ou au sommet de nos montagnes). Et environ 10 millions de km sont présents sous forme d'eaux souterraines inaccessibles.

Il reste tout de même, dans cet inventaire de géants assoiffés, environ 250'000 km d'eau douce dans les lacs, rivières et nappes phréatiques que nous exploitons pour extraire l'eau indispensable à notre vie et à nos activités. A titre de comparaison, l'eau présente dans le Lac Léman a un volume d’environ 89 km. Le "minuscule" volume d'eaux douces directement atteignables par l'Homme ne représente donc qu'environ 0.007% de toute l'eau présente sur notre planète!

Ces eaux douces sont donc un bien d'autant plus précieux que le stock d'eau sur Terre est constant et immuable; il n'existe donc pas de "nouvelles sources d'eau" qui viendraient compléter toute l'eau que nous utilisons – et que nous souillons – quotidiennement.

Comme nous salissons en permanence l'eau que nous utilisons, que ce soit pour nos activités industrielles ou agricoles, ou pour notre usage privé (à la cuisine, à la salle de bains, dans le jardin, pour laver la voiture, etc.), il est indispensable de l'épurer (on parle d'eau usée) avant de la relâcher dans l'environnement. C'est le rôle des stations d'épuration, qui éliminent, par des procédés physiques, chimiques et biologiques, les impuretés et les substances néfastes ou toxiques contenues dans les eaux usées.

Nous en arrivons finalement à l'eau potable, qui est généralement (mais pas toujours!) de l'eau douce naturelle ayant subi un traitement pour la rendre irréprochable: l'eau douce est captée dans les nappes phréatiques et/ou dans les lacs et/ou dans les rivières qui ne présentent pas de pollution et elle est acheminée dans des usines de purification, dans lesquelles les impuretés résiduelles sont soigneusement éliminées par des procédés physiques, chimiques et biologiques plus performants – et nettement plus coûteux – que dans les stations d'épuration des eaux usées.

Un dernier mot sur l'eau: puisque le stock d'eau sur Terre est constant, l'eau que nous buvons a peut-être déjà été bue des milliers de fois par d'autres avant nous… Espérons qu'elle ait été correctement traitée avant d'arriver au robinet!

22.02.17