RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Science et Environnement


Environnement

Afficher plus de Questions-réponses
Stéphane Goyette [DR]

Stéphane Goyette

MER

Université de Genève

Groupe climat

Je suis tout à fait d’accord avec vous au sujet du rôle joué par la vapeur d’eau au sein de l’effet de serre d’origine naturelle, mais j'aimerais apporter quelques compléments pour que vous puissiez tirer d’autres conclusions au sujet de la taxe carbone.

À propos de l’effet de serre, nous pouvons montrer que lorsque des gaz poly-atomiques tels que H2O, CO2, CH4, O3, N2O, etc. ne sont pas présents dans l’atmosphère, même en quantité infime, c'est-à-dire moins de 1% de la composition de l'air, la température de l'air à la surface est d’environ -18°C au lieu des 15°C observés en moyenne planétaire. Ces gaz sont qualifiés de "gaz à effet de serre" car ils piègent une partie du rayonnement infrarouge émis depuis la surface de la Terre, l'empêchant de s’échapper vers l’espace et créant ainsi un environnement plus chaud de 33°C, propice au développement de la vie (toutefois, le terme "effet de serre" est galvaudé; je lui préfère "réchauffement climatique").

Il faudrait aussi spécifier que des 65 à 85% de l'effet de serre mentionné dans votre commentaire, une partie, environ 18%, est entretenue par les nuages. Néanmoins, les nuages participent aussi à la réflexion du rayonnement solaire vers l’espace; leur rôle dans le système climatique est donc dual et des études ont démontré que la balance semblerait plutôt pencher en faveur de leur effet refroidissant à l'échelle planétaire.

Ceci étant dit, le rôle des gaz à effet de serre autres que la vapeur d’eau et les nuages n’est pas du tout négligeable pour autant. L'effet de serre naturel peut en effet être renforcé suite à l’augmentation des concentrations atmosphériques de tous ces autres gaz. Certes il existe des sources anthropiques émettrices de vapeur d’eau, mais elles ne contribuent pas au renforcement de cet effet de serre de manière décelable, et ne sont donc pas prises en compte dans les émissions humaines. Ces dernières peuvent perturber le cycle local de l'eau, mais cela n'a pas de répercussions significatives au niveau de la teneur moyenne en vapeur d’eau à l’échelle de la planète.

Le CO2 est, en revanche, tenu pour responsable de plus de 55% de l’effet de serre d’origine anthropique. Il comporte bien sûr des sources naturelles très importantes, mais elles sont compensées par des "puits" tout aussi importants. Cependant lorsque les sources ne sont plus contrebalancées par les puits, les concentrations de ce dernier tendent à augmenter dans l’atmosphère… Nous sommes par conséquent responsables de ce déséquilibre.

La taxe carbone est une taxe environnementale sur l’émission du CO2 qu’elle vise à limiter, dans le but de "contrôler" le réchauffement climatique afin de nous responsabiliser et de modifier notre mode de consommation pour léguer une planète viable, équitable et durable aux générations futures.

07.01.16