RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Science et Environnement


Environnement

Afficher plus de Questions-réponses
Clive Müller [DR]

Clive Müller

energie-environnement.ch

Depuis le milieu des années 1950, la circulation routière constitue l'une des principales sources de pollution atmosphérique. En 1986, la Suisse a été le premier pays d'Europe à imposer un pot catalytique – donc un catalyseur – aux voitures à essence pour traiter les gaz d'échappement. Voici comment cela fonctionne.

La catalyseur est installé sur le pot d'échappement. C'est une enveloppe métallique dans laquelle est logée un support en céramique. Sa structure est en nids d'abeille pour former des petits canaux qui augmentent la surface active du catalyseur. A la surface de cette céramique, on trouve des métaux précieux comme le platine, le palladium et le rhodium.

Quand les gaz d'échappement entrent en contact avec ces métaux précieux, ils se "dépolluent". En fait, une partie du monoxyde de carbone - le CO - , des oxydes d'azote (NOx) et des hydrocarbures qui non pas brûlés (HC) se recombine sous l'effet des métaux précieux et est ainsi rejetée sous forme de CO2, de diazote (N2) et d'eau (H2O), des gaz beaucoup moins toxiques.

Mais attention, ces catalyseurs sont très sensibles et leur action peut être réduite à zéro si le moteur est déréglé. De plus, les catalyseurs ne sont efficaces qu'à partir d'une certaine température. Les émissions de gaz toxiques sont donc plus importantes lors des premiers kilomètres après un démarrage à froid.

Les moteurs diesel ont quant à eux besoin, en plus du catalyseur, d’un filtre à particules. Ce filtre retient 95 à 99% des particules émises. Reste que les particules ultra fines, considérées comme les plus dangereuses, ne sont pas retenues par ce système.

La généralisation des catalyseurs et des filtres à particules permet donc de réduire les émissions de chaque véhicule. Mais le trafic automobile ne cesse d’augmenter depuis les années 1950, annulant ainsi en partie la réduction des émissions polluantes liée aux amélioration technologiques. De plus, les catalyseurs et les filtres à particules ne permettent pas de réduire les émissions de gaz carbonique qui constitue le principal gaz à effet de serre.

Pour plus d'infos sur l'environnement: site web energie-environnement.

30.06.15