RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Science et Environnement


Environnement

Afficher plus de questions récentes Afficher plus de questions anciennes
Jacques Deferne [DR]

Jacques Deferne

Conservateur honoraire

Muséum de Genève

Bonjour,

Au cours de l'ère secondaire, un océan séparait un vieux continent européen de la masse continentale africaine. Dans cet océan se déversaient les débris de l'érosion de ces continents. Parmi ceux-ci il y avait des boues calcaires qui petit à petit se sont endurcies en roches calcaires. Au cours de l'ère tertiaire, la masse continentale africaine s'est rapprochée du continent européen, comprimant les dépôts sédimentaires qui s'étaient accumulés sur les fonds marin. Et, comme une nappe qui se plisse lorsqu'on rapproche ses deux extrémités, les sédiments vont se plisser et finalement émerger de l'océan où ils se trouvaient. C'est comme cela que le Salève s'est formé à la fin du Tertiaire, ainsi que les plis du Jura qui ont la même origine. Le reste de l'océan a subsisté comme une mer qui occupait le plateau suisse et les premiers débris de l'érosion de ces montagnes naissantes ont comblé cette mer : c'est la molasse.

Le Salève est comme pli "en genou". L'arrière du Salève s'élève en pente relativement douce, puis les couches plongent subitement vers la plaine genevoise. Il faut noter encore que le vallon de Monnetier correspond à un ancien lit de l'Arve. Mais la montée du plissement a, à un moment donné, été plus rapide que les possibilité érosives de la rivière qui a alors contourné la montagne et emprunté l'itinéraire que nous lu connaissons aujourd'hui. Pour plus de renseignements sur le mode de formation des Alpes, vous pouvez consulter le site www.kasuku.ch et cliquer sur le texte "Comment les Alpes se sont-elles formées"- Avec mes bonnes salutations, Jacques Deferne.

31.01.12