Questions - Réponses

Santé

Serait-il possible de permettre à deux individus -ou animaux- de même sexe d'avoir une progéniture grâce aux techniques de clonage? Je parle du point de vue technique et non pas légal.

Question de (20 ans)

Matti Lindup

Réponse de Matti Lindup

Etudiant en Master

Section de biologie

Université de Genève

Le clonage est une technique qui consiste à prendre le noyau d'une cellule somatique (c'est-à-dire d'un tissu quelconque du corps qui n'est pas destiné à la reproduction) et de le mettre dans un oocyte énucléé (c'est-à-dire une cellule reproductrice femelle dont on a ôté le noyau). Ce processus s'appelle transfert nucléaire. Dans les bonnes conditions, les différents facteurs présents dans l'oocyte vont alors reprogrammer le noyau somatique, normalement inerte à la reproduction et même, souvent, à la division cellulaire, et le transformer en un noyau qui se comporte comme celui produit par la fusion normale entre un spermatozoïde et un oocyte. La cellule se met à se diviser comme un embryon normal et devient, à terme, un individu complet, dont le bagage génétique est identique à celui de l'individu dont on a pris la cellule somatique de départ.

La question posée est complexe. Produire une "vraie" progéniture issue de personnes du même sexe, c'est-à-dire d’individus issus d'une fécondation entre un spermatozoïde et un oocyte, eux-mêmes issus de deux divisions méiotiques (qui brassent le génome des parents) semble difficile à atteindre. Une approche complètement théorique, qui n'a jamais été testée (et qui aurait, pour diverses raisons, probablement peu de chance d'aboutir), consisterait à prendre, pour un couple d'hommes, une cellule germinale haploïde femelle (une espèce de pré-spermatozoïde qui n'a qu'un chromosome X) dont on mettrait le noyau dans un oocyte énucléé récolté chez une donneuse. Puis on prendrait un spermatozoïde chez l'autre homme et, avec ces deux cellules, ont tenterait une fécondation in vitro. En cas de réussite, cette approche donnerait une "vraie" progéniture.

Il existe une autre approche qui fonctionne, mais qui produit des individus quelque peu différents, qu'on dit chimériques. Dans cette approche, on prendrait chez chacun des deux parents une cellule somatique dont on mettrait les noyaux dans un oocyte énucléé chacun, effectuant ainsi deux transferts nucléaires. Ces deux oocytes deviennent alors des embryons dont les cellules se divisent régulièrement. Au stade où ces embryons ont encore peu de cellules, par exemple 8 chacun, on peut les mélanger l'un à l'autre. Les deux embryons deviennent alors un seul embryon, qui continue à se développer tout à fait normalement jusqu'à donner un bébé. Chacune des cellules de ce bébé est alors issue soit d'un parent, soit de l'autre. Ceci qui est différent d'un bébé conçu naturellement et dont chaque cellule est issue et d'un parent et de l'autre. Pourtant, cette différence n'est pas délétère et un pourcentage non-négligeable de la population générale est en fait, sans le savoir, constitué de personnes chimériques, issues de la fusion dans l'utérus de deux embryons fécondés simultanément. Ceci peut parfois se manifester visuellement: les chimères peuvent avoir des yeux de couleurs différentes par exemple.

16 septembre 2015

Posez une question à un spécialiste

A consulter également

Les réponses sont élaborées avec la collaboration de: