Différencier les types d'antibiotiques

Publié le 10 novembre 2017 - Modifié le 13 novembre 2017

La classification des antibiotiques

Chaque antibiotique possède sa particularité: son champ d'action, sa voie d'utilisation, son mode d'emploi et sa fréquence d'utilisation, ses contre-indications et finalement ses effets indésirables. Découvrez ici les différentes classifications des antibiotiques.
  • LES BÊTA-LACTAMINES

    Les pénicillines et leurs proches

    Les pénicillines
    Ce sont les antibiotiques les plus anciens. Ils sont largement utilisés en médecine générale, notamment pour traiter les infections des poumons, des bronches, du nez, de la gorge ou des oreilles, de l'appareil digestif ou urinaire, des voies génitales, des gencives et des dents. Ils peuvent être utilisés chez la femme enceinte ou qui allaite. Leurs effets indésirables sont limités. Ils peuvent néanmoins être responsables de réactions allergiques parfois graves.

    Les céphalosporines
    Ce sont des antibiotiques proches des pénicillines (leur mécanisme d’action est semblable). Elles sont utilisées par voie orale dans le traitement de nombreuses maladies infectieuses, notamment des poumons, des bronches, des sinus, de la gorge, des oreilles et de l'appareil urinaire. Les céphalosporines peuvent également être utilisées en perfusion mais uniquement en milieu hospitalier. Leur utilisation est généralement possible pendant la grossesse ou l’allaitement. Ces antibiotiques peuvent être responsables d’allergies, notamment chez les personnes allergiques aux pénicillines.

  • LES CYCLINES

    Empêchent la synthèse des protéines des bactéries

    Les cyclines sont des antibiotiques qui empêchent la synthèse des protéines des bactéries. Ces antibiotiques sont indiqués dans diverses maladies infectieuses, notamment respiratoires et génitales, et dans le traitement de l’acné (souvent pendant plusieurs mois). Les cyclines ne doivent pas être utilisées à partir du quatrième mois de la grossesse et chez l’enfant de moins de huit ans, en raison d’un risque de coloration des dents.

  • LES AMINOSIDES

    Injectés par intra-veineuse

    Ces antibiotiques sont actifs sur un grand nombre de bactéries, notamment les staphylocoques et les colibacilles. Ils ne passent pratiquement pas à travers la paroi de l’intestin et sont donc administrés par voie intra-veineuse. Ils sont indiqués dans le traitement de diverses maladies infectieuses, notamment urinaires et rénales car ils sont éliminés sous forme active par les reins. Les antibiotiques de cette famille peuvent être mauvais pour l’oreille interne ou pour les reins.

  • LES MACROLIDES

    Des effets digestifs indésirables

    Ces antibiotiques sont actifs sur certaines "bactéries gram positif". Ils sont administrés dans les infections du nez, de la gorge, des oreilles (lorsque les pénicillines ne peuvent pas être utilisées), ainsi que des infections des bronches et des poumons, de la peau, des organes génitaux et de la bouche. L’utilisation de certains macrolides est possible pendant la grossesse. Leurs effets indésirables sont surtout digestifs.

  • LES QUINOLONES

    Le remède aux maladies infectieuses

    Les quinolones peuvent être administrées dans diverses maladies infectieuses (infections génitales, urinaires, intestinales, du nez et de la gorge). Elles sont souvent utilisées en cas de cystite (infection des voies urinaires): un traitement en une seule prise (traitement monodose) ou de trois jours (traitement court) suffit le plus souvent. Elles sont généralement déconseillées pendant la grossesse et contre-indiquées pendant l’allaitement (en raison de leur passage dans le lait maternel). Ces antibiotiques ne sont généralement pas utilisés chez l’enfant (sauf en injections). En général, ces antibiotiques sont bien tolérés. En revanche, ils peuvent parfois être responsables de tendinites.

  • AUTRES

    Antibiotiques à faibles taux

    Il existe d'autres familles d'antibiotiques, mais elles contiennent peu d'antibiotiques. Afin d'avoir de plus amples informations à leur sujet, il est recommandé de se reporter directement à la notice d'emballage.

  • RTS Découverte, avec la collaboration de Stephan Harbarth, HUG/UNIGE

    Crédit image

    showcake - Fotolia

    Source

    EurékaSanté