RTS Découverte

Coup d'oeil

Les scientifiques ont découvert un nouvel organe, le microbiote

Les scientifiques ont découvert un nouvel organe. Un nouvel organe? Mais comment est-ce possible? C'est la question que RTSdécouverte a posée au Dr Karl Perron, bactériologiste à l’Université de Genève.
Composé de 100'000 milliards de microbes, le microbiote se trouve dans l'intestin et pèse environ 1,5 kg. [© Mopic - Fotolia]Composé de 100'000 milliards de microbes, le microbiote se trouve dans l'intestin et pèse environ 1,5 kg. [© Mopic - Fotolia]

RTS Découverte: Qu'est-ce qu'on connaissait comme organes jusqu'à présent?

Dr Karl Perron: Il y en a beaucoup mais on peut citer le cœur, le cerveau, les poumons, l'estomac, le foie, les reins, la peau et les intestins. Un organe est composé d'au moins deux types de tissus qui fonctionnent ensemble dans un but commun. Le cœur, par exemple, est fait de muscles et de nerfs (les tissus) qui travaillent ensemble pour pomper le sang et l'envoyer dans l'ensemble du corps.

Quel est ce nouvel organe?

On l'appelle le microbiote. Il se trouve dans notre intestin. Il est composé de 100'000 milliards de microbes et pèse environ 1,5 kg.

Et on ne l'avait pas vu avant?

On sait depuis longtemps que notre corps héberge une multitude de microbes. La majorité d'entre eux sont là pour nous aider et non pour nous attaquer, comme le font ceux qui provoquent la grippe ou le rhume. Dans notre intestin, ces microbes aident énormément notre corps: ils transforment les aliments, les digèrent, fabriquent des vitamines et nous protègent.

Pourquoi considère-t-on cet ensemble de microbes, ce microbiote, comme un organe?

De nombreuses fonctions essentielles de ce microbiote ont été récemment découvertes. Les scientifiques ont remarqué que nos microbes, dans nos intestins, permettaient de lutter contre les inflammations, les allergies, qu'ils renforçaient le système immunitaire et influençaient notre métabolisme. En plus, les scientifiques ont remarqué que ces microbes étaient capables de communiquer avec notre cerveau.

Ils communiquent avec le cerveau? Mais comment font-ils?

Ils n'ont ni bouche ni oreilles mais communiquent avec le cerveau grâce à des molécules, des sortes de petits véhicules chimiques qui transportent des messages.

Que disent-elles au cerveau?

Ils lui disent par exemple comment se comporter. On a fait des expériences sur des souris. Une souris était calme et anxieuse. Une autre souris, active et curieuse. On a ensuite transféré le microbiote de la souris calme à la souris active. En vrai, on a transplanté des bactéries de l'une à l'autre. Résultat: la souris active est devenue calme. On a découvert que ce microbiote a une véritable influence sur nous. On pourrait imaginer à l'avenir soigner des états anxieux ou dépressifs avec des probiotiques, c'est-à-dire des médicaments contenant des bactéries intestinales.

D'autres maladies pourraient être soignées?

Les études sont en cours mais l'obésité et les inflammations chroniques de l'intestin pourraient peut-être un jour être soignées ainsi.

A-t-on tous les mêmes bactéries à l'intérieur de nous?

Non, c'est ça qui est étonnant. On a découvert qu'on pouvait classer les gens selon le type de bactéries qui se trouvent dans leur corps. Comme on le fait avec les groupes sanguins. On a déterminé ainsi trois grands groupes qu'on appelle "entérotypes".

Comment étudie-t-on ces bactéries?

On prend un échantillon de caca, on en extrait de l'ADN des microbes et on l'analyse. C’est comme cela qu'on peut savoir quels types de bactéries contiennent notre caca. Mais pour cela, il faut pouvoir analyser beaucoup d'ADN en même temps. Cela fait peu de temps qu'on sait comment faire. On appelle cela "la métagénomique".

Propos recueillis par Tania Chytil