RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Santé et Médecine


Corps humain

Afficher plus de Questions-réponses
Didier Perret [DR]

Didier Perret

Docteur

Section de chimie et biochimie
Université de Genève

Ce que l'on appelle communément une empreinte digitale est en fait la reproduction sur un support des figures apparaissant sur nos extrémités, mains et pieds, doigts et orteils. Ces figures gravées sur notre épiderme sont des dermatoglyphes ("gravures sur la peau").

Les dermatoglyphes qui nous caractérisent apparaissent déjà chez le fœtus âgé de 6 mois, et ils conservent les mêmes caractéristiques durant toute notre vie, jusqu'à ce que notre corps se décompose après la mort. Si chaque individu, y compris les vrais jumeaux, a son jeu unique de dermatoglyphes, c'est la faute à notre matériel génétique mais aussi à des paramètres subtils intervenant lors de la croissance du fœtus, tels la vitesse à laquelle les figures apparaissent, la qualité de l'alimentation intra-utérine, la tension artérielle de la mère lors de la gestation, etc.

Puisque les dermatoglyphes sont uniques, ils sont amplement utilisés depuis le XIXe siècle par les services de police scientifique et d'identité judiciaire pour identifier des individus, puisque le film de matières grasses qui est présent sur notre peau laisse une trace - l'empreinte digitale - chaque fois que nous touchons un objet lisse avec nos doigts. Cette trace peut alors être comparée, sous forme informatique comme dans les séries télévisées à succès, aux registres d'empreintes digitales d'individus fichés par la police. Aujourd'hui, les logiciels performants vérifient à la vitesse de l'éclair plusieurs milliers de points de mesure sur une empreinte digitale.

On l'aura compris, l'empreinte digitale d'un dermatoglyphe est un moyen biométrique très performant pour identifier une personne, et l'élimination ou la modification d'une empreinte digitale ne peut être envisagée par un individu que lorsqu'il doit échapper à une identification!

Pour gommer intentionnellement ses dermatoglyphes, plusieurs techniques fortes et douloureuses sont envisageables: attaque avec des agents fortement caustiques ou acides, érosion mécanique profonde, brûlure à la flamme ou avec des matériaux très chauds. Dans tous les cas, le coût en terme de douleur sera suffisamment élevé pour que le procédé ne soit pas recommandé, d'autant plus que le patrimoine génétique de l’individu dictera de fabriquer à nouveau le dermatoglyphe lorsqu'il aura subi des dommages. Le gommage n'est donc quun processus à durée limitée!

Certains individus ne possèdent pas de dermatoglyphes, et d'autres les perdent involontairement. Dans le cas de la maladie génétique très rare appelée adermatoglyphie (découverte il y a 10 ans chez une Suissesse et les membres de sa famille), la mutation d'un gène conduit à la formation de doigts et d'orteils totalement lisses. Quant à la disparition involontaire des dermatoglyphes, elle apparaît chez certains patients traités par un médicament anticancéreux qui efface lentement les sillons présents sur les extrémités. Les personnes atteintes d'adermatoglyphie ou celles dont les sillons ont disparu suite à un traitement ont généralement de gros problèmes lorsqu'ils passent par une douane!

12.07.17