RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Santé et Médecine


Afficher plus de Questions-réponses
Rita Manghi [DR]

Rita Manghi

Docteur

Médecin adjoint

Servie addictologie HUG

Il y a une erreur de logique à mettre en lien la notion de légalité et la notion de dangerosité. Par exemple, le tabac est légal dans les limites autorisées par la loi, mais est une substance prouvée comme étant hautement dangereuse à long terme.

Le cannabis est connu depuis l'Antiquité pour ses propriétés médicinales. Au 19ème siècle, il est considéré comme un médicament et largement prescrit pour ses nombreuses vertus, comme par exemple en cas de  douleurs, spasmes musculaires, convulsions, tétanos, rage, épilepsie et rhumatisme.

Le statut de substance illégale du cannabis est issu de la décision de la Convention Unique sur les Stupéfiants des Nations Unies, adoptée en 1961, qui inscrit le cannabis dans la catégorie la plus stricte et la plus restrictive.

Malgré l'interdiction légale, presque un tiers (31.3%) de la population suisse a déjà expérimenté le cannabis dès 15 ans. Neuf villes ont mis sur pied un groupe de travail, afin de proposer des projets de remise légale de cannabis. Ces projets doivent obtenir une autorisation de l'Office Fédéral de la Santé Publique. A Genève, Bâle, Zürich et Berne, les pistes étudiées sont un accompagnement thérapeutique étroit des personnes qui consomment du cannabis à des fins médicales, et de celles qui ont des problèmes liés à leur consommation. D'autres consommateurs pourraient obtenir du cannabis dans des clubs ou des pharmacies. Ces projets sont prévus pour un nombre très limité de consommateurs.

Au niveau international, des projets de régulation sont en cours dans différents pays depuis quelques années. Ainsi, plusieurs Etats américains ont légalisé l'usage récréatif de cannabis et d'autres votent sur la légalisation. L'Uruguay est le premier Etat souverain à avoir légalisé le cannabis en 2014. D'autres Etats, comme par exemple le Canada, projettent de réguler cette substance prochainement. Dans plusieurs Etats européens, dont l'Espagne, l'Italie, la Belgique, les Pays-Bas, les débats autour de la légalisation du cannabis sont à l'agenda politique.

Les effets du cannabis sont liés à la présence principalement de deux substances cannabinoides: le TétraHydroCannabinol ou THC et le CannaBiDiol ou CBD. Le THC a essentiellement des vertus analgésiques, spasmolytiques et inductrices de l’appétit. Selon la consommation, une difficulté à initier les tâches, appelée "syndrome amotivationnel", peut s'instaurer. Il existe également un possible effet perturbateur du système nerveux central pouvant se manifester par une palette de symptômes, de l'état anxieux aigu jusqu'à l'apparition de symptômes psychotiques caractérisés par une vision perturbée de la réalité (accentuation des sens et paranoïa, par exemple). Une des complications de la consommation du cannabis reste l'addiction, comme pour beaucoup de substances psychotropes. Environ 5% des consommateurs de cannabis vont développer une addiction c'est-à-dire une consommation qui a perdu son contrôle et qui perdure malgré les conséquences négatives.

Le CBD, quant à lui, ne  présente aucun effet perturbateur du système nerveux central et a essentiellement un effet anxiolytique, ainsi que calmant sur "le syndrome des jambes sans repos".

La loi Suisse interdit la vente de cannabis contenant 1% ou plus de THC. Actuellement, nous trouvons depuis le printemps une multiplicité de points de vente de cannabis légal, c'est-à-dire contenant majoritairement du CBD et moins de 1% de THC.

25.09.17