Questions - Réponses

Sciences

Quelles sont les glandes endocrines et exocrines chez les spermaphytes?

Mathieu Perret

Réponse de Mathieu Perret

Docteur

Conservatoire et Jardin botaniques

Genève

Les glandes endocrines des animaux libèrent les substances qu'elles produisent dans la circulation sanguine. Comme les végétaux sont dépourvus d'un tel système, il n'existe, à ma connaissance, pas de véritable équivalent à ce type de glande chez les plantes. Par contre, les végétaux possèdent de nombreuses glandes qui sécrètent des substances vers l'extérieur, soit directement, soit via d’étroits passages entre les cellules, de la même façon que les glandes exocrines des animaux.

Ces glandes végétales sont de différents types selon les substances qu'elles produisent, leur localisation sur la plante et leur organisation cellulaire. Ces glandes jouent un rôle clé dans la survie des plantes en leur permettant d'attirer les pollinisateurs, de se défendre contre les herbivores, d'éliminer des déchets et même, dans le cas des plantes carnivores, de capturer et de digérer des insectes!

En voici quelques exemples

Glandes nectarifères: glandes formées d'un tissu dense qui sécrète du nectar, une solution contenant principalement des sucres facilement assimilables par les animaux, comme le saccharose, le fructose et le glucose. Ces sucres sont généralement issus de la dégradation de l'amidon stocké dans les cellules du tissu glandulaire et sont ensuite transportés activement hors des cellules. Dans les fleurs, les glandes permettent de récompenser les pollinisateurs avec du nectar. Il existe également des glandes nectarifères sur les feuilles et les tiges qui favorisent la présence de fourmis assurant la protection de la plantes contre les phytophages (plantes myrmécophiles).

Osmophores: glandes disposées généralement sur les pétales qui sécrètent des substances volatiles responsables du parfum des fleurs.

Poils glanduleux ou trichomes: constitués d'une seule ou de plusieurs cellules, ces poils sont encrés dans l'épiderme des parties aériennes de la plante (feuilles, tiges ou pétales). Elles produisent tout une gamme de substances, dont des volatiles. Les parfums des géraniums ou de la lavande sont, par exemple, synthétisés dans ces poils glanduleux. Les plantes carnivores, comme la Drosera de nos tourbières, possèdent également des trichomes au bout de leurs feuilles qui produisent un abondant mucilage collant leur permettant de capturer des insectes, comme un papier attrape-mouche.

Canaux à résine ou latex: ces canaux sont constitués de cellules définissant une poche ou un canal au sein des tissus internes de la plante. Ces glandes sont, par exemple, responsables de la présence de résine dans le bois des conifères ou de latex dans l'écorce des hévéas utilisés pour la fabrication du caoutchouc naturel.

1 novembre 2017

Posez une question à un spécialiste

Avant de poser votre question, merci de vérifier qu'elle n'a pas déjà été traitée.

A consulter également

Les réponses sont élaborées avec la collaboration de: