Modifié le 04 septembre 2015

Qui est Roger Federer?

Roger Federer, en 2000, au tournoi olympique de Sydney. Etait-ce déjà le même Roger?
Roger Federer, en 2000, au tournoi olympique de Sydney. Etait-ce déjà le même Roger? [Amy Sancetta - Keystone]
Depuis l'Antiquité, des érudits s’interrogent sur le monde, son origine, son fonctionnement. Afin de mieux comprendre leur travail, nous publions chaque mois une question philosophique accompagnée de sa réponse. En juin, on évoque Roger Federer.

Qui est Roger Federer?

Lorsque nous identifions un individu particulier, en reconnaissant, par exemple, le célèbre joueur de tennis Roger Federer, nous nous référons bien à un seul et unique individu. Mais en quoi consiste l'identité de Roger Federer, qui ne cesse pourtant de changer à travers le temps? Roger Federer existait déjà en mars 2000. Depuis cette date, Federer a, bien sûr, beaucoup changé. Néanmoins, lorsqu'on parle du Roger Federer de l'an 2000 et lorsqu'on s'adresse à lui aujourd'hui, on se réfère, dans les deux cas, à la même personne. En quoi consiste cette identité, celle de Roger Federer en 2013 avec le jeune Roger Federer de l'année 2000 ?

Les réponses des philosophes contemporains appartiennent toutes à l'une des deux catégories suivantes: le réductionnisme ou le non-réductionnisme en ce qui concerne l'identité des personnes à travers le temps. Selon le réductionnisme, le fait que Roger Federer aujourd'hui soit identique à un certain jeune homme de l'année 2000 consiste en certains faits que l'on peut en principe décrire sans parler d'identité. Certains réductionnistes disent que c'est la continuité psychologique qui constitue l'identité d'une personne à travers le temps. Un autre groupe de réductionnistes estime que c'est la continuité corporelle qui constitue l'identité transtemporelle d'une personne.

Contrairement aux thèses dites réductionnistes, nous défendons l'idée que la notion d'identité est primitive. L'identité d'une personne avec une personne existant plus tard ne peut donc être réduite ni à la continuité psychologique, ni à la continuité corporelle, ni à une combinaison des deux. Bien qu'une telle réduction ne soit pas possible, nous pouvons clairement saisir par une prise de perspective de la personne concernée en quoi consiste son identité à travers le temps.

C'est uniquement lorsqu'on a clairement vu - et pourquoi - que l'identité personnelle à travers le temps est simple et non analysable que l'on peut développer une véritable compréhension du contenu exact d'une affirmation connue qui exprime une vérité importante, profonde et fondamentale: tout être humain et même tout être conscient est irremplaçable.


Martine Nida-Rümelin, "Qui est Roger Federer ?", tiré du livre Aristote chez les Helvètes, Ithaque, 2014.

Publié le 02 juillet 2015 - Modifié le 04 septembre 2015