RTS Découverte

Dossier

  • Décembre 2015

    On dit que la barbe ne fait pas le philosophe mais sait-on seulement ce qu'ils font, eux, les philosophes? Depuis l'Antiquité, ces érudits s’interrogent sur le monde, son origine, son fonctionnement. Afin de mieux comprendre leur travail, nous publions chaque mois dans ce dossier une question philosophique accompagnée de sa réponse. En décembre, on (re)découvre l'horloge...

    Qu'est-ce qu'une horloge ?

    Les horloges sont des instruments servant à suivre et mesurer le temps, même si cette condition n’est pas suffisante pour qu’une chose soit une horloge. [MIGUEL GARCIA SAAVED - Fotolia]Les horloges sont des instruments servant à suivre et mesurer le temps, même si cette condition n’est pas suffisante pour qu’une chose soit une horloge. [MIGUEL GARCIA SAAVED - Fotolia]

     

    En physique, le temps est opérationnalisé comme ce qu’une horloge peut mesurer. Mais qu’est-ce qu’une horloge? La question semble étrange, nous utilisons constamment des horloges sans que cela ne nous pose de problème.

    Une horloge est un instrument, c’est-à-dire quelque chose que l’on peut utiliser. Pourtant, beaucoup de choses qu’on peut utiliser comme horloge ne sont pas des horloges. Les horloges sont des instruments qui servent à suivre et mesurer le temps. Mais il faut encore plusieurs conditions pour qu’une horloge soit une horloge.

    Examinons deux cas peu communs qui ressemblent à des horloges, et aussi quelques manières peu habituelles de suivre le temps.

    Cas 1. Kant. Kant rentrait de sa promenade digestive tous les jours à 14 heures, il était si précis que les habitants de Könisberg l’utilisaient comme horloge. Kant était-il une horloge? Non, même s’il est vrai qu’on regarde une horloge pour former une croyance au sujet du temps. Mais il serait faux d’admettre que tout ce qui génère en nous des croyances au sujet du temps est une horloge.

    Pourquoi Kant n’était-il pas une horloge? Premièrement, peut-être que Kant utilisait lui-même une horloge. Dans ce cas, on peut dire qu’en l’observant nous avons indirectement accès à son horloge à lui. Deuxièmement, si l’on considère que Kant était une horloge, nous risquons de devoir admettre trop de choses comme étant des horloges. En observant les habitants de Könisberg, qui observaient Kant, on aurait pu également obtenir des informations au sujet du temps. Mais on ne veut pas considérer toute la ville de Könisberg comme une grande et unique horloge. Kant et Könisberg n’étaient pas des horloges: ils ne suivaient pas le temps, bien qu’on ait pu les observer pour avoir des croyances au sujet du temps.

    Cas 2. L’estomac de Kant. Imaginons que Kant n’utilisait pas une horloge pour déterminer l’heure de sa promenade mais son estomac. Pourrait-on dire que Kant était une horloge en vertu de son estomac? Non: tout ce qui contient une horloge n’est pas une horloge. On ne pouvait pas lire Kant pour savoir l’heure, de la même manière qu’on peut lire une montre ou que Kant pouvait lire son estomac.

    Comme affirmé précédemment, les horloges sont des instruments qui servent à suivre et mesurer le temps, mais cette condition n’est pas suffisante pour qu’une chose soit une horloge. Les deux cas que nous venons de mentionner nous aident à circonscrire la notion d’instrument qui joue un rôle important dans la caractérisation d’une horloge.

     

    Roberto Casati, "Qu'est-ce qu'une horloge ?", tiré du livre Aristote chez les Helvètes, 2014.

Focus

  • Qu’est-ce que la philosophie?

    A l’aide de huit affirmations simples, nous allons tenter de répondre à cette question et de décrire ce qu’est la philosophie, terme qui vient du grec philosophia, littéralement "amour de la sagesse".

    Aristote, célèbre philosophe de la Grèce Antique, vécut au IVe siècle avant JC et fut l’élève de Platon. [DR]Aristote, célèbre philosophe de la Grèce Antique, vécut au IVe siècle avant JC et fut l’élève de Platon. [DR]  

    La philosophie fournit des concepts pour penser
    Quand on réfléchit, quand on s’interroge sur le monde, sur son origine, sur son fonctionnement, il est nécessaire de pouvoir nommer ce que l’on observe et ce que l’on pense. La philosophie crée et nomme des concepts, des idées pour tenter de "dire le monde".

    La philosophie est un art de vivre
    La philosophie existe depuis l’Antiquité. Les anciens Grecs et les Romains avaient fait de la philosophie un art de vivre. Le philosophe était reconnaissable à sa barbe, au port de la toge et à la volonté qu’il avait de mener une vie bonne, grâce à l’étude et à des exercices spirituels qui devaient l’aider à se former une bonne âme.

    La philosophie est une quête du savoir
    Pour pouvoir être un philosophe dans l’Antiquité, il était important de pouvoir avoir les compétences les plus élevées possibles, en logique, en géométrie, en rhétorique (l’art de faire des discours convaincants), en métaphysique (la réflexion sur le fondement des choses, voir le point suivant), en sciences de la nature, en psychologie et en science politique. Avant de pouvoir faire de la philosophie, il fallait maîtriser toutes ces compétences, qui permettaient de réfléchir à l’origine et à l’avenir du monde.

    La philosophie réfléchit sur le fondement des choses
    Un "sport intellectuel" apprécié par les philosophes, de l’Antiquité jusqu’à aujourd’hui, consiste à s’interroger sur le fondement des choses, cette question s’appliquant à l’être, au temps, au néant, à l’âme, au mouvement, mais aussi à savoir ce qu’est une vache ou une fondue.

    La philosophie est une histoire d’école
    Depuis l’Antiquité, les philosophes cherchent à transmettre leur savoir, les réponses qu’ils pensent avoir apportées aux questions qu’ils se posent. Ils rassemblent donc des élèves autour d’eux dans des écoles pour leur apprendre leur vision du monde. Pourtant, ceux-ci se distancient souvent de leurs professeurs en fondant leur propre école.

    La philosophie est une bibliothèque
    Le philosophe aime écrire pour transmettre sa vision du monde. Il veut transmettre son raisonnement et les conclusions auxquelles il est parvenu. On peut aisément remplir une bibliothèque uniquement avec les ouvrages de philosophes. De A comme Abélard à Z comme Zénon, il y a amplement de quoi garnir les rayons d’une très grande bibliothèque.

    La philosophie se pose des questions
    Qu’est-ce que la vérité? Qu’est-ce que le mal? Y a-t-il un sens à l’histoire? Que de grandes questions auxquelles les philosophes adorent chercher des réponses. La philosophie a besoin de questions pour avancer, mais elle n’est jamais achevée. Si un philosophe a trouvé la réponse à la question du mal, de nombreux confrères voudront apporter leur propre réponse à cette question.

    La philosophie est complexe
    Abordant des questions fondamentales pour l’homme, la philosophie peut être très complexe, utiliser souvent un vocabulaire très précis et très compliqué, aboutissant parfois à des réponses obscures pour le commun des mortels.

    RTSdécouverte

    Source: www.scienceshumaines.com

Aristote chez les Helvètes

  • Aristote chez les Helvètes!

    "À l'origine de la philosophie comme des sciences, il y a, selon Aristote, l'étonnement de ce que les choses sont ce qu'elles sont". Nul doute qu'Aristote aurait trouvé en Suisse maints sujets d'étonnement.
  • Les trous existent-ils?

  • La vengeance est-elle admissible?

DOSSIERS SUGGERES