RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Monde et Société


Philosophie

Afficher plus de Questions-réponses
Ghislain guigon [DR]

Ghislain Guigon

Département de philosophie

Université de Genève

Votre question porte sur les lois de la nature. Vous souhaitez savoir s'il y a une cause ou explication aux lois de la nature. Il faut savoir que la nature des lois de la nature est un sujet débattu en philosophie. Il y a deux positions principales qui s'affrontent. L'une, qualifiée de "humienne" d'après le philosophe Hume, conçoit les lois de la nature simplement comme des régularités entre des événements de l'univers. Les lois, en ce sens, ne sont rien d'autre que des généralisations sur les événements de l'univers. Pour reprendre votre exemple de la gravitation, un humien dirait que la loi de la gravitation n'est rien d'autre que l'énoncé que tous les objets dotés de masse plus faible subissent l'attraction des objets de masse plus importante. La deuxième position philosophique sur les lois, la position non-humienne, considère que les lois sont des relations dans la réalité entre des universaux possédés par des objets. Par exemple, le non-humien dirait que la loi de la gravitation est une relation entre des universaux de masse.

Dans tous les cas, le consensus est que les lois n'appartiennent pas à ce genre de choses qui sont "causées". Seuls les événements particuliers ont des causes et sont la cause d'autres événements. Le rôle des lois est justement de nous permettre de "prédire" qu'un événement d'un certain type causera un événement d'un autre type, mais les lois elles-mêmes ne sont pas causées, les lois sont au contraire ces règles qui nous permettent d'expliquer la causalité entre des événements.

Reste que la question "Pourquoi l'univers est-il régi par ces lois-ci et non par d'autres?" est tout-à-fait viable. Mais peu de gens, aucun des philosophes humiens et non-humiens auxquels j'ai fait référence plus haut, penseraient qu'il faille introduire une nouvelle entité, un Dieu, pour y répondre. La réponse naturelle est plutôt que les lois sont déterminées par la nature des objets sur lesquels elles portent. Par exemple, la loi de la gravitation semble déterminée par la nature de la masse et de l'énergie des corps. Pour que la loi de la gravitation fusse différente, il faudrait que la nature de la masse des corps et la nature de l'énergie fusse différente. Un "Deus ex machina" ne semble pas requis ici.

La question de savoir s'il faut introduire un Dieu et une volonté divine se pose surtout lorsque l'on souhaite savoir s'il faut une cause ou explication à l'existence de l'univers (plutôt qu'à l'existence des lois qui régissent l'univers en particulier). Certains, comme vous, pensent que l'univers doit avoir une cause et qu'il faut introduire un Dieu comme cause de l'univers. D'autres pensent que la demande d'explication ici est infondée. La physique explique très bien les phénomènes qui se produisent dans l'univers et il n'y a nul besoin de chercher une explication supplémentaire. D'autres enfin pensent que postuler un Dieu pour expliquer l'univers repousse le problème plutôt qu'il ne le résout. Car nous pouvons toujours nous demander ce qui expliquerait ou causerait l'existence de ce Dieu et la manière dont il emploie sa volonté. Pour reprendre un bon mot du philosophe Simon Blackburn "En d’autres termes, nous sommes dans la position du philosophe indien qui, lorsqu’on lui demande sur quoi repose le monde, répond “sur un éléphant”; qui quand on lui demande sur quoi repose l’éléphant répond “sur une tortue”;  et qui quand on lui demande sur quoi repose la tortue, change de sujet."

05.07.13