RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Monde et Société


Philosophie

Afficher plus de Questions-réponses
Olivier Massin [DR]

Olivier Massin

Département de Philosophie

Université de Genève

olivier.massin@unige.ch

Bonjour,

Quand deux personnes sont en désaccord, philosophes ou non, il n'est pas nécessaire que l'une d'elle ait raison et l'autre tort. Les deux peuvent avoir tort. Il est nécessaire en revanche que si l'une a raison, l'autre ait tort : s'il y a un véritable désaccord entre elles, c'est-à-dire si leurs positions sont incompatibles, alors les deux ne peuvent avoir raison à la fois. (Bien sûr parfois les gens pensent être en désaccord alors qu'il sont d'accord sans s'en rendre compte, ou parlent de choses différentes : il n'y a alors là qu'un désaccord apparent).

Quant à vos deuxième et troisième questions il est important de distinguer la cohérence d'un discours, de sa correction. On peut bâtir un discours cohérent à partir de prémisse totalement fausses. Par exemple, si je dis que puisque la terre est plate et que tout ce qui est plat attire les rayons du soleil, alors la terre attire les rayons du soleil c'est un discours parfaitement cohérent. Le problème est que ses prémisses sont fausses. Un discours correct est un discours cohérent ET dont les prémisses sont vraies. Le secret du bon philosophe, mais aussi du bon scientifique, et plus généralement de quiconque cherche à savoir, ne réside donc pas seulement dans la cohérence de ses arguments, mais aussi dans la vérité de ses prémisses.

03.02.11