Qu'avez-vous retenu du mois de mars?

Des affiches pour et contre l'initiative No Billag.
Des affiches pour et contre l'initiative No Billag. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]
La votation du 4 mars sur l'initiative "No Billag" et le scandale Cambridge Analytica sont les deux thèmes abordés dans notre rétrospective du mois de mars.

La votation "No Billag" du 4 mars

La campagne sur la votation dite "No Billag", qui visait à priver la SSR de la redevance, a été intense. Les résultats de la votation étaient très attendus. Le texte constituait un changement de paradigme sans précédent et proposait aux citoyens de payer uniquement pour ce qu’ils consomment en matière d’information, en mettant en danger le service public audiovisuel. Née de discussions entre jeunes PLR zurichois, l’initiative a fait couler beaucoup d’encre, et pas seulement en Suisse, mais aussi en Europe, où certains pays déploraient qu’un exemple démocratique comme notre pays puisse se mettre en danger en cas de "oui". C’est finalement le non qui l’a emporté à 71,6% des voix. Les opposants se sont félicités que les Suisses aient compris les enjeux du scrutin, les initiants, eux, se sont montrés satisfaits que les citoyens aient au moins vu les limites du système, ce qui a permis une remise en question dudit système.

1. Que veut dire le terme "service public"?
2. Quel est l'avenir de la redevance?

Débat: en quoi un service public de l’information est-il important pour un pays?

Facebook et le scandale Cambridge Analytica

Facebook est au centre d'un scandale après avoir travaillé une société qui aurait récolté les données privées de millions d'utilisateurs.
Facebook est au centre d'un scandale après avoir travaillé une société qui aurait récolté les données privées de millions d'utilisateurs. [AP Photo/Thibault Camus - Keystone]

Facebook, le célèbre réseau social créé par Mark Zuckerberg, a déjà suscité des polémiques, mais aucune n’a égalé celle liée à l’affaire Cambridge Analytica. Cette firme avait créé une application intitulée "This is your digital life" qui, sous la couverture d’un innocent test psychologique, enregistrait les données des utilisateurs de Facebook à des fins statistiques. A travers leur profilage, les têtes pensantes de Cambridge Analytica pouvaient concevoir des procédés pour influencer les citoyens lors d’élections, par exemple lors de la présidentielle américaine. Malgré un premier avertissement en 2015, année durant laquelle l’application avait été bannie de Facebook, Cambridge Analytica n’a vraisemblablement pas effacé les données enregistrées à l’insu des utilisateurs de Facebook. C’est à la mi-mars que les événements se sont accélérés avec des perquisitions et des condamnations. Près de 30’000 utilisateurs suisses sont concernés par ce profilage.

Questions

1. Quelles sont les situations politiques dans lesquelles le vol de données par Cambridge Analytica a pu jouer un rôle?

2. Que veut dire le terme "data mining" et en quoi peut-il s’appliquer à la situation de Facebook et Cambridge Analytica?

Débat: en quoi la protection des données est-elle importante pour l’utilisateur lambda d’un réseau social tel que Facebook?

Le questionnaire complet et les réponses se trouvent ici sous forme de PDF:


Retrouvez ici nos précédents questionnaires ainsi que ceux que proposait iconomix:
Les précédents questionnaires d'iconomix

Publié le 09 novembre 2017 - Modifié le 17 avril 2018