RTS Découverte

Dossier

Coup de tonnerre dans le ciel suisse le 15 janvier 2015. La BNS a décidé d'abandonner le taux plancher d'un euro pour 1.20 CHF. Quelles sont les conséquences pour la zone euro et le franc suisse? Et pour l'économie suisse? Pourquoi et comment la BNS maintient-elle le cours du franc suisse? A quoi servent les agences de notation? Comment un pays peut-il faire faillite?

 

Grâce à notre dossier, comprenez enfin la crise qui sévit dans la zone euro. Découvrez aussi un chapitre dédié aux enfants avec des jeux pour apprendre et comprendre ce qu'est l'Union européenne.

 

[photo: © RVNW - Fotolia]

La Banque Nationale suisse a annoncé l'abandon du taux plancher de l'euro

19h30 (15.01.2015) La BNS abaisse par ailleurs encore ses taux de référence, déjà négatifs.
  • La Banque Nationale suisse a annoncé l'abandon du taux plancher de l'euro [RTS]
    La Banque Nationale suisse a annoncé l'abandon du taux plancher de l'euro 02:53  
    La Banque Nationale suisse a annoncé l'abandon du taux plancher de l'euro La BNS abaisse par ailleurs encore ses taux de référence, déjà négatifs. 19h30 (15.01.2015)
  • Fin du taux plancher: un tsunami pour l’économie suisse? [RTS]
    Fin du taux plancher: un tsunami pour l’économie suisse? 13:51  
    Fin du taux plancher: un tsunami pour l’économie suisse? Nick Hayek parle d’un tsunami, d’une véritable catastrophe pour les exportations des entreprises suisses. Ces dernières ne cachent en effet pas leur stupeur suite à l’annonce, jeudi par la Banque Nationale Suisse, de la fin du cours plancher face à l’euro. Trois jours plus tôt, la BNS affirmait pourtant que ce taux plancher était un pilier de sa politique monétaire. Comment expliquer une telle volte-face ? Quelles en seront les conséquences? Réponses avec François Savary, stratégiste à la banque Reyl, Michel Girardin, professeur d’économie à l’Université de Genève et Nicolas Brunschwig, président de la Fédération des Entreprises Romandes. TTC (19.01.2015)
  • BNS / Taux de l'euro: le secteur des exportations va souffrir de ce changement [RTS]
    BNS / Taux de l'euro: le secteur des exportations va souffrir de ce changement 02:13  
    BNS / Taux de l'euro: le secteur des exportations va souffrir de ce changement Entre inquiétude et sentiment de trahison, les entrepreneurs envisagent l'avenir de façon incertaine. 19h30 (15.01.2015)
  •  [Mariusz Blach - Fotolia]
    D'autres solutions   03:02
    D'autres solutions Christian Arnsperger, économiste, FRNS Université de Louvain Découverte (26.02.2013)
  •  [AFP]
    Les États sont-ils prêts?   01:45
    Les États sont-ils prêts? Christian Arnsperger, économiste, FRNS Université de Louvain Découverte (26.02.2013)
  •  [© style photography.de - Fotolia]
    Les banques alternatives   02:18
    Les banques alternatives Christian Arnsperger, économiste, FRNS Université de Louvain Découverte (26.02.2013)
  • Laure Kaltenbach, directrice du Forum d'Avignon. [Forum d'Avignon]
    Pour sortir l'Europe de la crise, il faut miser sur la culture   05:38
    Pour sortir l'Europe de la crise, il faut miser sur la culture Pour sortir l'Europe de la crise, il faut miser sur la culture, car la culture c'est la créativité et la créativité débouche sur l'innovation. C'est le plaidoyer de Laure Kaltenbach, directrice du Forum d'Avignon, un laboratoire d'idée qui tisse des liens entre culture et économie. Pour elle, la culture est une industrie comme une autre qui ne doit plus être considérée comme un coût, mais comme un investissement. Invitée: Laure Kaltenbach, directrice du Forum d'Avignon. Les temps modernes (21.01.2013)
  • Le Portugal, plongé dans une crise profonde, connaît une vague d'émigration inédite depuis quarante ans [DR]
    Portugal 03:50  
    Portugal Le pays, plongé dans une crise profonde, connaît une vague d'émigration inédite depuis quarante ans. Un dixième de la population pense quitter le pays, soit un million de personnes. 19h30 (15.12.2012)
  • Grèce: l'extension de la pauvreté est un des symptômes de la crise qui frappe le pays [DR]
    Grèce 03:30  
    Grèce L'extension de la pauvreté est un des symptômes de la crise qui frappe le pays. Partir pour un destin inconnu ou rester et faire face à cette crise qui n'en finit pas, c'est le choix cornélien auquel doit faire face la jeunesse grecque. 19h30 (13.12.2012)
  • France: la crise touche principalement les femmes qui tombent plus vite dans la précarité [DR]
    France   03:35
    France La crise touche principalement les femmes qui tombent plus vite dans la précarité. La propriétaire d'un des salons de coiffure les plus huppés de Paris a voulu réagir en accueillant des femmes en situation de précarité. 19h30 (11.12.2012)
  • L'Europe face à la crise: l'Allemagne recrute des jeunes "cerveaux" dans toute l'Europe [DR]
    Allemagne   03:35
    Allemagne Face à la crise, le pays recrute des jeunes "cerveaux" dans toute l'Europe. Les difficultés des pays du sud changent la donne migratoire et beaucoup de jeunes Grecs, Espagnols ou Portugais, s'en vont tenter leur chance, notamment en Allemagne. 19h30 (12.12.2012)
  • Crise en Italie: le pouvoir d'achat diminue de manière drastique [DR]
    Italie   04:02
    Italie Le pouvoir d'achat diminue de manière drastique. Les chiffres de la consommation sont au plus bas. Les dépenses actuelles des ménages italiens sont identiques aux taux de consommation des années cinquante. 19h30 (10.12.2012)
  • Espagne: le chômage a pris dans ce pays une ampleur dramatique et la jeune génération est la principale touchée [DR]
    Espagne 03:28  
    Espagne La croissance est tombée à zéro selon les chiffres du jour et le spectre d'une récession s'installe en Europe. Par ailleurs, c'est en Espagne que le mouvement des indignés a pris son élan. Le portrait de Pablo Garcia Gallego, 23 ans, consultant marketing. 19h30 (11.11.2011)
  • En France, les jeunes de 18 à 25 ans sont les principales victimes de la crise économique et du chômage [DR]
    France 03:02  
    France Selon l'association Secours catholique, un jeune sur cinq vit en-dessous du seuil de pauvreté. Certains tentent de se débrouiller comme ils peuvent, avec parfois à la clé de bonnes idées qui permettent de ne pas déprimer. Le portrait de Sara Fistole, 25 ans, sans emploi. 12h45 (11.11.2011)
  • Crise de la zone euro/Grande-Bretagne: portrait d'un indigné [DR]
    Grande-Bretagne 03:30  
    Grande-Bretagne Les mauvaises nouvelles économiques en Europe et la situation actuelle de crise font que toute une génération est fragilisée. Portrait de Ian Chamberlain, 27 ans, rédacteur indépendant. 12h45 (10.11.2011)
  • Reportage en Allemagne, souvent présentée comme le bon élève de l'Europe, qui possède également beaucoup de jeunes qui affrontent la précarité [DR]
    Allemagne   02:11
    Allemagne L'entrée dans la vie active est difficile pour toute une génération. Portrait de Sandra Rotermund, 24 ans, ouvrière intérimaire dans l'industrie automobile. 19h30 (09.11.2011)
  • Crise de la zone euro: portrait d'un jeune Italien, chercheur en physique [DR]
    Italie   03:04
    Italie Pour certains scientifiques, la seule solution pour continuer à faire de la recherche est de s'expatrier. Portrait de Giacomo Ortona, chercheur en physique. 19h30 (10.11.2011)
  • Tempête monétaire : qui perd, qui gagne ? [RTS]
    Tempête monétaire: qui perd, qui gagne? 61:31  
    Tempête monétaire: qui perd, qui gagne? L'annonce a fait le tour du monde. La BNS a décidé à la surprise générale d'abandonner le taux plancher du franc par rapport à l'euro établi à 1,20 frs depuis 3 ans et demi. Conséquence : le franc suisse s'est envolé atteignant la parité avec l'euro. C'est un énorme choc pour l'industrie d'exportation qui voit ses produits se renchérir d'au moins 20%. La branche touristique est aussi KO. Faudra-t-il licencier ou baisser les salaires pour compenser les pertes ? Les consommateurs seront-ils gagnants ? Quelle crédibilité pour le BNS qui change totalement de stratégie ? Infrarouge (20.01.2015)
  • Le miracle économique suisse : jusqu'à quand ? [RTS]
    Le miracle économique suisse : jusqu'à quand ? 62:26  
    Le miracle économique suisse : jusqu'à quand ? L'hebdomadaire britannique The Economist l'avait écrit il y a quelques mois; le meilleur pays où naître en 2013, c'est la Suisse ! La vie y serait "la plus saine, la plus sûre et la plus prospère" ! En tout cas, côté économique, les indicateurs sont tous au beau fixe. Le taux de chômage ne dépasse pas les 3%, les salaires augmentent, nos entreprises exportent et notre système de foramtion fait des envieux à l'étranger. Qui dit mieux ? Comment expliquer cet îlot de prospérité au milieu d'une Europe en crise ? Ce modèle va-t-il durer ? Comment faire pour le préserver ? Infrarouge (07.05.2013)
  • Charles Wyplosz, économiste et professeur à l'IHEID à Genève. [DR]
    Charles Wyplosz évoque la récession en France 06:33  
    Charles Wyplosz évoque la récession en France François Hollande était ce mercredi à Bruxelles pour une visite de travail avec la Commission européenne. Il a eu notamment un tête à tête de 30 minutes avec le président José Manuel Barroso, puis un déjeuner avec le collège des commissaires européen. Les discussions ont tourné autour de la volonté de la France d'accomplir des réformes alors que la récession frappe notre voisin. Mais le président français a-t-il convaincu? Par le correspondant de RTSinfo à Bruxelles, Alain Franco, avec l'interview de Charles Wyplosz, économiste et professeur à l'Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID), à Genève. Forum (15.05.2013)
  • Céu. [facebook.com/ceumusic]
    Le budget de l'armée grecque 56:54  
    Le budget de l'armée grecque La Grèce engloutit des milliards pour son armée. C'est l'une des origines de sa dette publique. Le fait n'est pas très connu. "La Planète Bleue" s'est penchée sur l'un des plus grands scandales européens. La Planète Bleue (10.03.2012)
  • Dès le 1er janvier prochain, l'Irlande prend la présidence de l'Union européenne. [Peter Morrison - Keystone]
    L'Irlande, un modèle d'austérité 07:28  
    L'Irlande, un modèle d'austérité Dès le 1er janvier, l'Irlande prend la présidence de l'Union européenne. C'est l'occasion, pour une Europe en crise, de mettre en avant un pays qui se relève péniblement après huit cures de rigueur. Forum (27.12.2012)
  • L'Espagne, un pays riche malgré sa situation désespérée! [AFP]
    L'Espagne, l'un des pays les plus riches de l'UE   01:38
    L'Espagne, l'un des pays les plus riches de l'UE Alors qu'elle pourrait demander une aide financière à l'UE, l'Espagne rejoint le club des pays les plus riches de l'UE et va devoir en même temps mettre la main à la poche. Audio de l'info (20.11.2012)

L'explication décalée

  • La crise des subprimes pour les nuls

    Vous n’avez rien compris à la crise des subprimes? Pas de panique, on va tout vous expliquer de façon très concrète et terre-à-terre.

    Le Café du Centre n'aurait peut-être pas dû faire crédit à ses clients... [© Jacques PALUT - Fotolia]Le Café du Centre n'aurait peut-être pas dû faire crédit à ses clients... [© Jacques PALUT - Fotolia] Nous sommes au Café du Centre du Chenit, au fin fond du canton de Vaud. La patronne, c’est Perrine, dite "La Pépée". La Pépée, qui se demande comment rentabiliser son affaire, a une idée brillante de derrière les fagots. Pourquoi ne pas faire crédit à ses clients, tous fauchés, tous alcooliques, tous au chômage? Ni une, ni deux, la Pépée écrit sur son tableau noir derrière son comptoir "La maison fait crédit". Du coup, la Pépée voit la fréquentation de son bistroquet augmenter en flèche. Ni une, ni deux, elle augmente un peu les prix du ballon de Goron et du demi d'Epesses.

    Le jeune et dynamique directeur de la banque du coin voit d'un très bon œil la stratégie de La Pépée. Il pense même que les Ardoises du Café du Centre, qu'il surnomme affectueusement les ACC, constituent des actifs recouvrables - autrement dit des dettes aujourd'hui qui pourraient rapporter de l'argent demain. Du coup, ni une, ni deux, il fait crédit à sa cliente, qui détient comme garantie les ardoises de ses propres clients, tous fauchés, tous alcooliques, tous au chômage

    Au siège zurichois de la banque de notre jeune et dynamique directeur, des traders au sommet de leur art transforment ces actifs recouvrables en ACC et autres produits financiers obscurs, des abréviations que personne ne comprend. Tout ça fleure bon l'oseille.

    Ces instruments financiers que l'on surnomme affectueusement des produits structurés ont un fort effet de levier, c'est-à-dire qu'ils peuvent rapporter beaucoup par rapport à l'investissement de départ… Pas étonnant donc qu'ils séduisent Wall Street, la City de Londres ou encore la Bourse de Paris où les opérations se multiplient. Des opérations en apparence sans risque, mais en apparence seulement, dont les garanties (pour dire les choses comme elles sont, l'argent que les gens du monde de la finance espèrent récupérer, soit les dettes des clients tous fauchés, tous alcooliques, tous au chômage de la Pépée) sont totalement inconnues de tous.

    Ces produits bancaires dérivés sont alors négociés pendant des lustres dans l'euphorie d'autant plus qu'ils ont reçu l’aval des agences de notation, ce qui est forcément très rassurant… C'est ainsi que l’argent coule à flot pendant des années sur les marchés boursiers de, allez, quelque huitante pays, rapportant des tas de pépètes. Jusqu'au jour où une banque importante réalise que les clients tous fauchés, tous alcooliques, tous au chômage de la Pépée n'ont pas un centime pour rembourser la patronne!

    Prenant conscience du danger, cette banque prévoit dans son budget une grosse perte. Par effet boule de neige, tout le monde veut vendre lesdits produits. Mais au final, personne ne veut acheter ces produits - pourris - et tout s'écroule. Bref, les agences de notation censées valider la qualité des produits financiers ont été trop généreuses, biaisant l'analyse du risque pris et provoquant l'euphorie du marché. Le Café du Centre du Chenit fait faillite et bam!, c’est le Chenit dans le monde entier.

    RTSdécouverte

    Librement inspiré de La crise des subprime pour les nuls, dégoté dans le blog Une minute dans le web.

    Avec la collaboration d'Yves Flückiger, professeur d'économie à l'Université de Genève, et d'Olivier Dominik, journaliste à la RTS.

DOSSIERS SUGGERES