RTS Découverte

Posez une question à un spécialiste

Thème

Sélectionnez un sujet

Mail

Pseudo (facultatif)

Âge (facultatif)

Recopiez le texte de l'image

Merci d'utiliser le moteur de recherche ci-dessus pour vérifier que votre question n'a pas déjà été posée. Les questions auxquelles nous avons déjà répondu ne seront pas traitées.

Ce service ne permet pas de répondre à des questions d'ordre médical personnel (diagnostic, traitement, etc.).

La réponse sera publiée dans cette page d'ici environ deux semaines, sauf difficulté.

A propos de "Questions-réponses"

Ce service permet d’adresser des questions à des spécialistes – dans les domaines ci-dessous – ou de lire les réponses qu’ils ont déjà fournies.

Monde et Société


Afficher plus de Questions-réponses
Paul Schubert [DR]

Paul Schubert

Professeur

Langue et littérature grecques

Université de Genève

Exception faite de divers noms propres, la première trace écrite de ce qui pourrait être le macédonien ancien remonte au IVe s. av. J.-C., et il se pourrait que ce soit seulement du grec teinté de quelques macédonismes. Faute de témoignages fiables, la communauté scientifique reste divisée sur la question de l'origine de la langue macédonienne. Pour les amateurs chevronnés, je recommanderais la lecture de l'article scientifique suivant: Dubois, L. (1995), "Une tablette de malédiction de Pella: s'agit-il du premier texte macédonien?", Revue des Études Grecques 108 (1995) 190-197. Le point d’interrogation dans le titre de l'article illustre bien la perplexité des spécialistes.

La question de la langue macédonienne est un champ de mines: elle constitue, aux yeux des ressortissants de la République Hellénique, tout comme de ceux de la République de Macédoine (appelée aussi Ex-République Yougoslave de Macédoine), un enjeu politique exacerbé par des revendications territoriales de part et d'autre. Autant dire que, sans disposer de sources fiables sur la question de la langue, les uns et les autres interpréteront toujours la question à leur avantage. Une lecture sans passion de l'histoire de la région n'est – hélas – pas encore à l’ordre du jour.

Je termine sur une anecdote: selon Plutarque, Vie d’Alexandre 51.6, lorsqu'Alexandre le Grand était très énervé, il hurlait en macédonien (et non en grec).

25.09.17