Georges Brassens

Visite à Georges Brassens, dans son appartement parisien.

Visite au gorille: Georges Brassens, c'est avec ce titre faisant référence à une de ses fameuses chansons que Continents sans visa rend hommage à Georges Brassens, l'anticonformiste, et lui rend visite chez lui, au bout de son impasse de Florimont, à Paris.

Fils de maçon, italien par sa mère, Georges Brassens est né le 21 octobre 1921 à Sète. C'est au collège que la lecture des poètes l'éveille à l'écriture. A 18 ans, un sombre histoire de vol le pousse à s'exiler à Paris, chez sa tante. Il travaille alors aux usines Renault de Boulogne Billancourt. Il lit beaucoup et découvre ses poètes préférés, Paul Fort, Rimbaud, et surtout Villon. Ce travail le mène en 1942 à publier son premier recueil de poésie.

Parmi les amis de sa tante, Georges Brassens rencontre Jeanne Le Bonnier, «la Jeanne» qui habite à deux pas de là. Leur relation sera d'abord amicale, puis amoureuse, malgré la différence d'âge puisque Jeanne est née en 1891. En 1943, il est envoyé par le STO en Allemagne. Lors d'une permission, il se réfugie chez Jeanne, impasse Florimont. Il y restera jusqu'en 1966. Jusqu'à la fin de la guerre, il vit caché.

En 1947, il rencontre Jona, sa «Püppchen». Il commence à écrire dans la revue Le Libertaire, revue anarchiste, sous différents pseudonymes. Mais, lassé, il quitte le journal. Fin 1951, un ami réussit à faire passer Brassens au Caveau de la République. Ce passage, quoique peu applaudi, redonne confiance à Georges. Il retravaille alors quelques-unes de ses chansons, et le 6 mars 1951, Patachou l'auditionne en public. Jacques Canetti, ami de Patachou et gérant des Trois Baudets, où débutèrent Brel, Mouloudji et Devos, invite Brassens à jouer chez lui. C'est enfin, à plus de trente ans, le succès tant attendu.

En 1966, Georges quitte l'impasse Florimont que Jeanne habite désormais avec son nouveau mari. Très attaché à «son» 14e arrondissement, il déménage non loin de là, près de son ami Brel. En 1973, il entame sa dernière tournée, d'abord en Belgique puis en Grande-Bretagne où sera enregistré son album Live in Great Britain. Et en 1976, à la sortie de son dernier disque, il occupe Bobino durant cinq mois, jusqu'en 1977. Mais en novembre 1980, il est opéré d'un cancer. Pendant l'été 1981, au plus mal, il trouve encore la force de retourner au pays, à Sète, et il y meurt le 29 octobre 1981.

  • Réalisateur: Gilbert Bovay