Le dernier jour de Mai

Plus d'un million de personnes défilent pour soutenir de Gaulle.

Le 30 mai, au lendemain du départ subit du Général de Gaulle pour Baden-Baden, près d'un million de personnes manifestent sur les Champs-Elysées leur soutien aux institutions. En tête du cortège, André Malraux, vivement salué pour la foule, et Michel Debré, un des rédacteurs de la constitution de la Ve république.

Cette manifestation suit l'annonce à la sortie du conseil des ministres de la dissolution de l'Assemblée nationale. Son impact, allié au discours volontariste du Général de Gaulle, marquera fortement les consciences: l'heure du retour à l'ordre a sonné.

Continents sans visa suit les «derniers jours de Mai 68», partagé entre les gaullistes qui veulent que la France se remette au travail et les étudiants qui cherchent encore une issue aux événements des semaines précédentes.

Le mercredi 29 mai, le Général de Gaulle quitte subitement Paris, après avoir reporté le traditionnel Conseil des ministres. Au milieu de l'après-midi, les milieux politiques et l'opinion publique apprennent que de Gaulle s'est rendu auprès du général Massu, commandant les forces françaises stationnées en Allemagne. Le soir, il regagne Colombey-les-deux-Églises. Un Conseil des ministres est convoqué pour l'après-midi du lendemain.

A l'issue de ce Conseil du 30 mai, la dissolution de l'Assemblée nationale est annoncée tandis que plus d'un million de Parisiens remontent les Champs-Elysée en acclamant le nom du Général. Ce sera le «dernier jour de Mai 68».

  • Journaliste: Claude Naef
    Réalisateur: Gilbert Bovay