L'oeil de verre

Insolite: l'oculariste qui fabrique les yeux de verre.

Didier Bufflier est vérificateur restaurateur-images au projet Archives. Il a sélectionné pour notre rubrique «Coup de cœur» cet extrait de «Carrefour». Visite de l'atelier de Werner Buckel, oculariste à Perly.

«De 1961 à 1973, l'actualité régionale est diffusée dans l'émission Carrefour qui regroupe plusieurs sujets. L'émission diffusée le 23 septembre 1964 recèle un étonnant reportage sur une «étrange» industrie: la fabrication des yeux artificiels.

Chacun d'entre nous vit avec ses propres peurs et ses thématiques obsessionnelles; c'est sans doute mon angoisse de la cécité et mon attrait pour la technique médicale qui ont guidé mon attention dès l'introduction du sujet.

D'emblée, l'extraordinaire maîtrise de cet artisan m'impressionne. Dextérité, précision, fluidité des mouvements. Lentement, une petite boule de verre soufflée se métamorphose, des mains façonnent un œil. L'image est en noir et blanc, de grande qualité et – 42 ans après – magnifiquement conservée.

La couleur, elle, surgit dans l'excellent commentaire de Georges Kleinman: «Monsieur Buckel forme le globe, tout d'abord blanc, bleu s'il s'agit d'un enfant, opaque ou un peu jaune s'il s'agit d'une personne âgé». Ces patients justement, combien sont-il à avoir pu panser leur visage grâce à cet artiste? (J'apprendrai plus tard qu'un membre de ma famille est un client de M. Buckel). 2 minutes 30 secondes et c'est déjà le dernier plan: deux mains ouvrent une boîte en carton contenant des yeux soigneusement rangés. Etrange collection.

A l'heure où les séries télévisées ont fait de la médecine légale et de la chirurgie esthétique leur fond de commerce, ce petit film noir et blanc dévoile une esthétique particulière, en décalage. Je pense à Georges Franju qui entretenait une relation poétique au réel et qui, à travers ses films, nous invitait à découvrir la beauté dans l'insolite, le fantastique dans la normalité et l'humanité dans l'anormalité. Un sujet d'actualité.» Didier Bufflier

  • Journaliste: Georges Kleinmann