Alberto Giacometti

Le sculpteur et peintre Alberto Giacometti en 1962.

«Tout mon travail n'est que des essais», déclare Alberto Giacometti au journaliste de Carrefour. Toujours angoissé et insatisfait, il reprit inlassablement les mêmes thèmes, donnant à ses personnages des contours indistincts comme s'ils étaient saisis à distance. Parmi ses oeuvres marquantes, L'Homme qui marche témoigne intensément de l'expression de notre condition.

Ces images ont été diffusées le lendemain de l'annonce de la mort du sculpteur, survenue le 11 janvier 1966. Elles ont été tournée à Zurich par l'équipe de l'émission de la TSR Domaine public, à l'occasion de l'exposition de 1962.

Alberto Giacometti est né à Borgonovo, dans le canton des Grisons, le 10 octobre 1901. Son père, lui-même peintre, le pousse à s'intéresser à la sculpture. Au terme de ses écoles obligatoires, il suit les Beaux-Arts à Genève avant de partir à Paris en janvier 1922 où il découvre le cubisme, l'art africain et la statuaire grecque.

Avec son frère, Diego Giacometti, il s'installe à rue Hippolyte-Maindron dans «la caverne-atelier» qu'ils ne quitteront plus. Après avoir créé des sculptures «plates» (Femme cuillère, 1926) et «ouvertes» (Homme et Femme, 1928), Giacometti se rapproche des surréalistes et expose aux côtés de Joan Miró et Jean Arp à la galerie Pierre (1930). Il rencontre Louis Aragon, André Breton, Salvador Dalí, André Masson. En 1935, il rompt avec les surréalistes, gardant pourtant des liens avec Michel Leiris et Georges Limbour.

Réfugié durant la guerre à Genève, il retourne à Paris à la Libération et retrouve son atelier. À la recherche de la «vraie réalité», il dépouille ses personnages, les réduits à l'essentiel, les rend filiformes. Passant des heures dans son atelier à retoucher sans cesse le morceau d'argile auquel il ajoute de la matière pour mieux la creuser et en retirer le superflu. Ce n'est qu'en 1947 qu'il montre ses dessins et ses sculptures ; effigies nues, allongées, étirées, creuses: Femmes de Venise , Homme qui marche

Il meurt à Coire, le 11 janvier 1966.