La confrontation

Franz Weber confronté à la colère d'un vigneron.

Dans cet extrait du Temps Présent consacré aux campagnes menées par Franz Weber, un vigneron de Lavaux fâché accuse le militant écologiste de bloquer le remaniement parcellaire qui lui permettrait d'accéder à ses vignes en tracteur.

Une joute verbale aux limites de la confrontation physique…

Né à Bâle le 27 juin 1927, Franz Weber quitte la Suisse pour Paris en 1949 où il suit des cours de français et se lance dans le journalisme pour gagner sa vie. Il débute son activité en faveur de la nature en 1965 lors de la première campagne pour la protection de l'Engadine. Empêcheur professionnel de polluer en rond, inlassablement il défraie la chronique, déchaîne les passions. Les campagnes se suivent et ne se ressemblent pas: Sauver Delphes, lutte contre la bretelle de la Perraudettaz, les bébés phoques, l'Hôtel Giessbach, la lutte contre la vivisection, sauver La Côte, sauver Lavaux, sauver la forêt suisse, pas d'hydravions sur nos lacs, contre le tunnel du Rawyl, non à l'altiport de la Croix-de-coeur, une réserve à la Pointe à la Bise à Genève…

En 1975, il crée sa Fondation qui porte son nom et, en 1977, il fonde une association basée à Montreux, Helvetia Nostra qu'il préside. Le but de cette association est la protection des êtres humains et de la nature ainsi que la création et le maintien de villes, de l'habitat et des paysages agréables à vivre. En 1979, il prend l'initiative de fonder la Cour Internationale de Justice des Droits de l'Animal et, avec Denis de Rougemont, les Nations Unies des Animaux.

Au début de l'année 1986, une campagne de diffamation est orchestrée par un quotidien Suisse alémanique. Il en ressort meurtri mais plus fort de cette bataille juridique.

En 2008, son initiative contre le bruit des avions militaires est rejetée à plus de 61%. En cette même année, il lance sa troisième initiative pour «Sauver Lavaux».

  • Journaliste: Jean-Pierre Goretta