Jean-Paul Belmondo

Jean-Paul Belmondo sur le plateau de Spécial Cinéma en 1988.

Le 5 décembre 1988,  Jean-Paul Belmondo est invité sur le plateau de Spécial Cinéma. Sympathique et chaleureux, il répond avec décontraction aux questions de Christian Defaye. Malgré sa popularité, l'acteur n'a pas la grosse tête, il a su se protéger des dérives du vedettariat.

Côté métier, Jean-Paul Belmondo est à un tournant de sa carrière:  il est fatigué des films d’action dont il a fait sa spécialité. Le solitaire, de Jacques Deray, sorti en 1987, est un échec commercial. Pour Belmondo, c’était le film de trop.

Il a donc changé et cap et a renoué avec le théâtre, où il incarne Kean, le héros d'une pièce écrite par Jean-Paul Sartre. Au cinéma, Claude Lelouch vient de lui offrir un rôle-clé dans le film Itinéraire d’un enfant gâté, qui lui vaudra un César du meilleur acteur quelques mois plus tard.

Jean-Paul Belmondo est né le 9 avril 1933 à Neuilly-sur-Seine. L'acteur figure parmi les plus grandes vedettes du cinéma français. Dans les premières années de sa carrière, il a alterné les films populaires et d'art et essai avant de faire très nettement pencher sa carrière vers la première catégorie.

En cinquante ans de métier, il a attiré dans les salles près de 130 millions de spectateurs. 

Il a tourné sous la direction de grands réalisateurs français, comme Alain Resnais, Henri Verneuil, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, François Truffaut, Claude Sautet, Jean-Pierre Melville, Claude Lelouch, Georges Lautner ou Gérard Oury.

Un grand nombre de ses films sont devenus des classiques du cinéma français. Parmi d'autres, on peut citer A bout de souffle, Pierrot le Fou, Un singe en hiver (où il partage la vedette avec Jean Gabin), ou encore Le Professionnel, Borsalino, Le Magnifique, L'As des as. À partir du milieu des années 1980, sa carrière prend un nouveau tournant: il raréfie sa présence au cinéma et se produit surtout au théâtre.

Retiré du cinéma et des planches pour raison de santé, il tourne toutefois en 2009 dans Un homme et son chien de Francis Huster.

  • Journaliste: Christian Defaye