Claude Lévi-Strauss

C'est au laboratoire d'anthropologie sociale du Collège de France, qu'il qualifie lui-même de «local plutôt misérable», que Claude Lévi-Strauss reçoit Henri Stierlin pour un entretien sur l'ethnologie et le structuralisme.

Claude Lévi-Strauss a fondé ce laboratoire cinq ans plus tôt, après son élection à la chaire d'anthropologie sociale, et il ne cache pas son plaisir de faire découvrir les lieux à son interlocuteur.

En cette période de conquête spaciale, il rappelle que la recherche en anthropologie est plus urgente que de marcher sur la Lune, car l'humanité, «à la fois semblable et différente», tend à perdre la richesse de ses civilisations…

Claude Lévi-Strauss est né le 28 novembre 1908 à Bruxelles où son père, peintre spécialisé dans le portrait, s'était établi provisoirement. Après ses études de philosophie, il est nommé professeur au lycée de Mont-de-Marsan. A l'automne 1934, il accepte un poste de sociologue à l'université de Sao Paulo où il enseigne jusqu'en 1938. A la fin de sa première année universitaire, il fait ses débuts d'ethnographe dans le Mato Grosso puis se rend, à la tête d'une équipe de quatre personnes, au pays Nambikwara. De retour à Paris en 1939, il est contraint à l'exil en 1941 et se rend à New York où il rencontre Roman Jakobson qui lui fait découvrir la linguistique et le structuralisme.

De retour en France en 1948, il est nommé sous-directeur au Musée de l'homme. La publication de sa thèse Structures élémentaires de la parenté, une année plus tard, lui vaut une reconnaissance internationale. A partir d'un ensemble de données très important, Claude Lévi-Strauss avait entrepris de mettre à jour les principes universels qui organisent les systèmes de parenté fondés sur des prescriptions et des prohibitions. L'interdiction de l'inceste exprime ainsi le passage de la nature à la culture, de la consanguinité à l'alliance.

En 1955, il publie Tristes tropiques, une autobiographie intellectuelle d'un genre nouveau. Il livre en effet sa réflexion désanchantée sur les pratiques ethnographiques auprès des Nambikwara, alliée à une méditation sur la place de l'homme dans le monde. En 1959, il est nommé professeur d'anthropologie sociale au Collège de France.

Claude Lévi-Strauss a donné à l'ethnologie une nouvelle méthodologie, lui offrant, à travers des modèles formels, la capacité de mettre en évidence la structure des sociétés. Par l'ampleur de sa contribution théorique à l'anthropologie, il est incontestablement une des figures intellectuelles majeures de la seconde moitié du XXe siècle.

  • Journaliste: Henri Stierlin
    Réalisateur: Yvan Butler