Georges Haldas

Georges Haldas évoque ce capital Etat de poésie.

Ce cinquième entretien accordé par Georges Haldas à Jean-Philippe Rapp porte le titre «L'Etat de poésie», en référence à sa série de carnets. C'est à Céphalonie, en Grèce, où il passa un partie de son enfance, que l'écrivain s'est confié. Dans cet entretien, il évoque son arrivée à Genève et l'importance de la solitude qui permet de se rapprocher de la psyché du monde.

Georges Haldas est né le 14 août 1917 à Genève, de père grec et de mère suisse. Poète, essayiste, traducteur (Prix Schiller 1971 et 1977, Grand Prix de la ville de Genève 1971, Prix Taormina 1970) il a publié à ce jour une soixantaine de livres. Son oeuvre est marquée par son souci constant de précision et l'attention portée à chaque instant vécu. Il a publié des chroniques (Boulevard des philosophes, La Légende des cafés, Le Livre des passions et des heures), des poèmes (Le Couteau dans la plaie, Un grain de blé dans l'eau profonde) témoignant d'une conception mystique de l'écriture. Georges Haldas est devenu un des maîtres contemporains du journal et de l'autobiographie.

On lui doit également une traduction d'Anacréon, de Catulle et de Humberto Saba. Il s'est éteint le 29 octobre 2010.

  • Journaliste: Jean-Philippe Rapp