A. Cohen en Suisse

Albert Cohen.

Au cours de cet entretien avec Franck Jotterand en 1973, Albert Cohen se souvient de ses premières impressions de la Suisse et en particulier de Genève. Le jeune homme de 19 ans est ébahi par le sentiment de civisme qui empreint le pays, l'instruction, les libertés, alors que la Suisse ne revendique ni puissance ni gloire militaire.

Les mots du père de Rousseau ("Jean-Jacques, aime ton pays"), gravés sur le "bâtiment électoral", aujourd'hui disparu, l'interpelle tout autant. Lui n'a pas de père qui puisse lui dire cela. "Je suis né à Corfou, je n'en suis pas."

Né à Corfou en 1895, mais venu de Marseille où sa famille avait émigré alors qu'il était enfant, Albert Cohen arrive à Genève en 1914. Diplomate puis fonctionnaire international, il a fait carrière au sein des Nations Unies.

Ses livres répondent à son besoin absolu d'exprimer son amour pour le peuple juif. «Solal» paru en 1930, «Mangeclous» (1938) et «Les Valeureux» sont des épopées comiques qui évoquent le monde des Juifs de Céphalonie tandis que «Belle du Seigneur» est une vision cruelle aussi bien que lyrique de la passion amoureuse. Albert Cohen meurt à Genève en 1981.

  • Journaliste: Franck Jotterand