Passagers du futur

Des véhicules du futur pour le transport des personnes.

Une certaine vision du futur. En 1971, l'émission Dimensions fait l'inventaire des projets les plus audacieux dans le domaine du transport de passagers. La question de mobilité devient en effet un enjeu de première importante pour les ingénieurs qui planchent sur des tapis roulants, des trains rapides, des taxis automatiques, des overcraft…

Pour les Passagers de la Terre

L’aube des années 1970, ce fut le temps de l’imagination tous azimuts pour les transports dits de « surface ». Les idées fusaient dans toutes les directions, pour les destinations les plus proches comme pour les plus lointaines.

C’était le temps où l’Institut Batelle élaborait une théorie des transports portant sur les courts déplacements en ville. Son projet, baptisé « Speedaway », destiné à accélérer la marche des piétons rejoignait des études urbanistiques conduites dans d’autres pays.

On prétendait aussi rendre l’automobile plus écologique et plus sûre. Le « Road Reseach Laboratory » britannique s’y employait avec le moteur à turbine à gaz et l’autoroute à guidage automatique.

Alors que les Japonais exploitaient déjà leur ultra-rapide « Shinkanzen », les Français développaient la très grande vitesse avec leur train « Capitol » à 200 km/h et étudiaient les prototypes de ce qui deviendra le TGV, alors que les britanniques mettaient au point leur « Advanced Passenger’s Train ».

Dans le même temps, l’ingénieur Bertin effectuait des essais de son « Aérotrain », abolissant les voies et les remplaçant par un coussin d’air. La sustentation, c’était aussi le grand atout du britannique « Hovercraft », engin amphibie de grande capacité, aussi à l’aise sur l’eau que sur terre et qui connut son heure de gloire.

C’était le beau temps des ingénieurs visionnaires. C’était le joli temps du Futur Antérieur !

  • Journaliste: Georges Kleinmann
    Réalisateur: Pierre Barde