Grand Format Archives

Nino Ferrer, les années TSR

Introduction

Il y a 20 ans, le 13 août 1998, le chanteur français Nino Ferrer se donnait la mort. Ce solitaire au caractère entier avait noué avec le succès au milieu des années 60 grâce à un chien, « Mirza », dont la quête entêtée avait amusé le public francophone. Ce comique loufoque et absurde deviendra très vite une marque de fabrique. Il assurera le succès du chanteur, mais l'enfermera aussi dans une image d'amuseur réductrice et frustrante. Dès les années 70, l'artiste commence à se distancer de l'agitation du showbiz. Il désertera les plateaux de la TSR, dont il avait été un invité régulier durant la décennie précédente. Si le Nino Ferrer de la "Maison près de la fontaine" et du "Sud" est absent de nos archives, restent de précieux documents, chansons et entretiens, dont certains sont publiés ici pour la première fois.

Chapitre 01

Le romantique

Novembre 1965: première apparition de Nino Ferrer à la Télévision romande. Posé, s'exprimant avec aisance, le chanteur italo-français se distingue par sa maturité. A 32 ans, il a déjà un parcours bien rempli. Etabli avec sa famille à Paris après une enfance en Nouvelle-Calédonie, il a fait des études d’archéologie et d’ethnologie avant de s'embarquer pour un tour du monde. Ça n’est que de retour en France qu'il choisit de se consacrer de façon professionnelle à la musique.

Deux ans plus tôt, il a enregistré son premier 45 tours. Des chansons aux accents romantiques et graves, bien éloignées du registre auquel il est souvent associé. Le chanteur assume ces deux facettes. Il s'en explique au micro de Charlotte Ruphi, avant d'interpréter pour les téléspectateurs romands "C'est irréparable", une chanson qu'il a composée et écrite.

Le chanteur Nino Ferrer, 1965.
Carrefour - Publié le 19 novembre 1965

Le destin d'une chanson

"C'est irréparable" ne propulsera pas la carrière de Nino Ferrer. La chanson va pourtant connaître le succès. D'abord à travers les reprises de Dalida et de la chanteuse italienne Mina. Et plus encore en 1991, grâce au film "Talons aiguilles" de Pedro Almodovar, dans lequel Luz Casal en donne la version espagnole  "Un ano de amor".

Chapitre 02

Le rigolo

Le succès sera au rendez-vous en 1965. Si cette année-là Hervé Vilard pleure son premier amour à Capri, si Christophe se désespère de la disparition d'Aline, Nino Ferrer, lui, cherche Mirza.

Les années 60 se trémoussent au rythme des bluettes yé-yé et des standards anglo-saxons revisités par Cloclo ou Johnny. Musicalement influencé par la soul et le jazz américains, auteur de textes le rapprochant d’un Bobby Lapointe ou d’un Jacques Dutronc, le chanteur fait souffler sur la variété française un souffle iconoclaste.

Oû est passé Mirza? se demande Nino Ferrer en 1966.
Carrefour - Publié le 14 mai 1966

La carrière de Nino Ferrer est lancée. A partir de là, les titres et les tournées s'enchaînent. Le chanteur est le chouchou des plateaux de télévision. Son humour décalé et potache amuseront toute une génération et certains titres, comme "Les cornichons", "Oh ! Hé ! Hein ! Bon !" ou "Le téléfon", traverseront le temps jusqu'à nous.

"Oh ! Hé ! Hein ! Bon !"

Le chanteur Nino Ferrer en 1967.
Le Magazine - Publié le 18 août 1967

"Le téléfon"

Nino Ferrer chante Le Téléphon en 1967.
Carrefour - Publié le 21 mars 1967

"Alexandre"

Le chanteur Nino Ferrer, 1966.
Carrefour - Publié le 14 mai 1966

"Mao et Moa"

Nino Ferrer
Carrefour - Publié le 04 décembre 1967

Chapitre 03

Nino Ferrer, qui êtes-vous?

En 1966, Nino Ferrer est en visite à Genève. La jeunesse de Suisse romande est avide de mieux connaître cette nouvelle vedette et a fait parvenir une série de questions à la production de l'émission Carrefour. Des questions parfois surprenantes, mais auxquelles le chanteur répond avec sérieux et bonne grâce.

Le chanteur Nino Ferrer, 1966.
Le chanteur Nino Ferrer, 1966. [RTS]

Quel métier feriez-vous si vous n'étiez pas chanteur? Les paroles dans vos chansons semblent avoir une importance relative, pourquoi? Pensez-vous que l'époque des beatniks soit inquiétante? Si votre fils se laissait pousser les cheveux, que penseriez-vous?

Irrésistible Nino Ferrer (ici en 1966).
Carrefour - Publié le 14 mai 1966

Que représente pour vous le fait de passer à l'Olympia? Que pensez-vous de la frénésie qui s'empare du public à l'écoute des Beatles? Pensez-vous que la jeunesse actuelle apprécie la musique classique? Quelle est la qualité que vous appréciez le plus chez une fille?

Nino Ferrer en 1965.
Carrefour - Publié le 14 mai 1966

Chapitre 04

James Brown et moi

1967: le Département spectacle de la TV romande présente en compétition du concours international de la Rose d’Or de Montreux l’émission «Go !», une réalisation de Pierre Matteuzzi et Bernard Haller. Pour ce spectacle de variétés, où se succèdent sketchs, parties dansées et chantées, on a fait appel au chansonnier Franck Fernandel, au groupe des Parisiennes, aux danseuses du ballet Raoul Lanvin et... à Nino Ferrer. Celui-ci y interprète "Si tu m'aimes encore", une adaptation de "It's a man's man's man's world" de James Brown, qu'il a lui-même réalisée. Il revient avec bonheur aux sources de cette musique noire américaine qu'il aime tant.

Nino Ferrer, 1967.
Rose d'or - Publié le 20 avril 1967

Chapitre 05

En clair-obscur

Après 1967, la TSR perd la trace de l'artiste. Il faut dire que lui-même se fait de plus en plus rare. Durant trois ans, il s’installe en Italie où il y anime une émission de télévision, alors que des disques continuent de sortir en France. "La maison près de la rivière" en 1971 et "Le Sud" en 1975 semblent dessiner un nouveau tournant dans la carrière du chanteur qui va pourtant bien souvent préférer le calme de sa maison du Quercy aux lumières des projecteurs.

J'ai écrit, composé et produit près de deux cents chansons, et les gens n'en connaissent que trois.

Nino Ferrer

Il s'essaie au cinéma dans le film "Litan" de Jean-Pierre Mocky, qui est un échec. Il revient sur le devant de la scène au début des années 90 en sortant une compilation de ses chansons. Mais le chanteur semble de plus en plus désabusé et amer. Sa carrière lui laisse un sentiment d'inachevé.

Le 13 août 1998, deux jours avant de fêter ses 64 ans, il choisit de quitter définitivement la scène.

Sophie Meyer pour les archives de la RTS

Chapitre 06

Sources

Vidéos

Nino Ferrer chante "C'est irréparable" / Carrefour / 19.11.1965

Nino Ferrer chante "Mirza" / Carrefour / 14.05.1966

Nino Ferrer répond aux questions de jeunes Romands / Carrefour / 14.05.1966

Nino Ferrer chante "Alexandre" / Carrefour / 14.05.1966

Nino Ferrer chante "Le Téléfon" / Carrefour / 12.03.1967

Nino Ferrer chante "Mao ou Moa" / Carrefour / 04.12.1967

Nino Ferrer chante "It's a man's, man's, man's world" / Rose d'Or / 20.04.1967

Nino Ferrer chante ""Oh ! Hé ! Hein ! Bon !"  / Le magazine / 18.08.1967

Photos

Captures d'écran et photos RTS