Modifié le 01 décembre 2017

La corruption pour cible

Le procureur genevois Bernard Bertossa a la corruption pour cible.
Le procureur genevois Bernard Bertossa lutte contre la corruption. [RTS]
Dans les années 90, le procureur général du canton de Genève Bernard Bertossa s'est forgé une stature internationale en luttant contre la corruption et le blanchiment d'argent sale.

La loi, rien que la loi

Bernard Bertossa accède au poste de procureur général de Genève en 1990. Pour ce magistrat sans concession, la loi, c'est la loi et elle s'applique à tous de manière égale. Sa vision intransigeante de la justice ne va pas sans créer des grincements de dents sur la place financière suisse où le secret bancaire demeure encore une institution.

L'Appel de Genève

Une Europe plus juste et plus sûre où le crime ne bénéficie plus d'une large impunité et d'où la corruption sera réellement éradiquée...

Bernard Bertossa, L'Appel de Genève, 1996

Voilà en 1996 l'ambition du procureur Bertossa qui rejoint six juges anti-corruption européens réunis par le journaliste français Denis Robert pour lancer l'Appel de Genève. Ce manifeste réclame un espace judiciaire européen pour mieux lutter contre la criminalité: cette prise de position vaudra au magistrat genevois une renommée internationale.

En 2002, alors que le procureur s'apprête à quitter sa charge, Temps présent trace son portrait et dans cet extrait revient sur l'Appel de Genève qui constitue un moment fort de la carrière de Bernard Bertossa.

Genève, une place financière.
Temps présent - Publié le 14 mars 2002

 

Marielle Rezzonico pour les archives de la RTS

Publié le 29 novembre 2017 - Modifié le 01 décembre 2017